Témoignage d’un père en marche

Voici le témoignage d’Hervé Bry ; certes il a voyagé léger, sauf pour les partitions, car il a la modestie de ne pas rappeler qu’il a été, pour la deuxième année consécutive (2010-2011), l’organiste des cérémonies du pèlerinage des pères de famille à Vézelay.

« Pour cette deuxième participation, j’avais décidé de voyager  » léger « , comptant sur une logistique impeccable pour transporter la tente et fournir de l’eau, du pain et des fruits.

 » Un cœur qui écoute « , certes, mais aussi un cerveau qui se rappelle l’expérience passée !

A propos d’un cœur qui écoute, il est certain que de fortes résistances internes me poussaient à ne pas venir. Et l’organisation familiale complexe n’allait pas dans le bon sens non plus. Mais il y a eu deux signes évidents certainement dus au Hasard (avec un grand H, parce que c’est quelqu’un). Alors dans mon retard, j’ai dit au Seigneur : si, par miracle, j’arrive à l’heure, j’y vais. Sinon, je reste : à Toi de me montrer ce que Tu veux.

Dieu a le souci de se faire comprendre. Je suis arrivé à 17 h 59 et des poussières au rendez-vous de 18 h, après une journée rocambolesque. Tout va bien, je ne suis pas abandonné. Et pardon d’avoir raté les rendez-vous intermédiaires !

S’il me fallait garder un seul souvenir spirituel de ce pélé, ce serait celui du temps de réconciliation. Le jeune Père qui me fut donné par le Hasard (le même que ci-dessus) a vraiment eu pour moi un cœur à l’écoute. Mais, en vous écrivant ceci, tant d’autres souvenirs remontent : les partages, les discussions botaniques et sociales dans le car, les images du Morvan, la formidable assemblée des pères dans la Basilique, les larmes du dimanche matin, lorsqu’une épouse a rejoint son mari dans le chant des hommes faisant vibrer les murs… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *