300ème anniversaire de la mort de Louis XIV

Héritier longtemps désiré, Louis-Dieudonné,  fils de Louis XIII et d’Anne d’Autriche, naît le 5 septembre 1638 à Saint-Germain-en-Laye, vingt-trois ans après le mariage de ses parents. Devenu roi à la mort de son père en 1643, sa mère sera régente du royaume jusqu’à sa majorité en 1651. Le cardinal Mazarin, son parrain, investi de la confiance de la reine, gouvernera au nom du jeune roi de 1643 à 1661. Il exercera une influence considérable sur son pupille en lui transmettant son goût pour l’art et l’initiera très tôt aux questions militaires, politiques et diplomatiques.

A 10 ans, chassé de la capitale par la Fronde (rébellion de la haute noblesse et du peuple de Paris), humilié par l’arrogance des Grands et menacé dans sa capitale, il se souviendra de cette révolte ; de là plus tard, sa volonté de brider les parlements, de fixer la résidence royale en dehors de Paris et d’y museler la noblesse. En 1661, il n’hésitera pas à faire emprisonner pour malversations, l’ambitieux et mystérieux Nicolas Fouquet, surintendant des finances et dont la puissance commençait à faire ombrage au souverain. A la mort de Mazarin, le jeune roi affirme sa volonté de gouverner seul. Aidé de son ministre Colbert, il s’attelle à l’unification et à la centralisation du gouvernement.

Imbu de la grandeur de son rôle, Louis choisit le soleil, symbole de l’ordre et de la régularité pour emblème. Il sera en quelque sorte le soleil sur la terre en permettant aux courtisans d’assister à toutes les étapes de sa journée. Toute sa vie, le souci de paraître  et de grandeur l’a hanté pour sa personne, pour la cour et pour la France. Cependant, il néglige la vie de son peuple et  la misère des français ; il veillera surtout à son rayonnement aussi bien militaire que politique ou artistique.

Pour asseoir sa puissance, il confie au marquis de Louvois le soin de réorganiser l’armée. Vauban fera construire une véritable ceinture de fortifications riches en artillerie. La construction de navires modernes permettra à la marine française de rivaliser avec la flotte anglaise. Sa gloire et ses ambitions sont sans limite sur toute l’Europe ainsi que de l’autre côté de l’Atlantique où le sud de l’Amérique sera baptisé « Louisiane » en son honneur. Fort de cette puissance, Louis XIV engagera la France dans des guerres incessantes. Les victoires agrandissent le territoire mais les défaites obligent aussi à abandonner Terre-Neuve, l’Acadie et le Canada. A sa mort, à l’exception de la Lorraine, de la Savoie, de Nice et d’Avignon, le royaume présentait alors les limites actuelles de la France.

La grandeur du pays et le prestige de son image poussent le roi à mettre en place un véritable mécénat culturel : achat de la manufacture des Gobelins, création de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, de Peinture et de Sculpture, des Sciences et de l’Architecture, construction de l’Observatoire. A Paris, il fait ériger la porte Saint-Martin, la place des Victoires, la place Vendôme et l’Hôtel des Invalides créé pour les soldats infirmes.

Protecteur des arts et des lettres, il fait de Paris et de Versailles les hauts lieux du classicisme grâce à une floraison exceptionnelle d’artistes : Le Vau et Hardouin-Mansart (architectes), Le Brun (peintre et décorateur), Le Notre (jardinier) et d’écrivains : Mme de Sévigné,Racine, La Fontaine,Molière, Corneille, sans oublier la musique de Lully et la protection des savants. Malgré les quarante années qu’ont duré les travaux, le règne du roi est marqué par de nombreuses fêtes au cours desquelles le souverain exhibe les fastes de sa cour.

Marié pour raison d’état à sa cousine, l’infante Marie-Thérèse d’Espagne en 1660, celle-ci lui donnera six enfants ; seul le Grand Dauphin survivra à ses frères et sœurs. La plupart de ses favorites lui donneront des enfants reconnus et anoblis. La marquise de Montespan est la plus connue car pour garder les faveurs du roi, elle n’hésitera pas à faire appel aux pratiques de la magie noire. Après le scandale de l’affaire des poisons qui ébranla la cour jusqu’aux plus hauts dignitaires et même les intimes du roi, elle fut répudiée par le souverain.

Veuf en juillet 1683, il se remaria secrètement trois mois plus tard avec la marquise de Maintenon, veuve du poète Scarron et gouvernante des enfants nés de la liaison du roi avec Madame de Montespan. Influencé par sa seconde épouse, le défenseur de la religion catholique en Europe adopte en 1685 une politique répressive envers les protestants et révoque l’Edit de Nantes, institué par son grand-père le roi Henri IV. Ce qui en résultera un exode à l’étranger de plus de deux cent mille réformés. Louis XIV est roi depuis soixante-douze ans et a perdu tous ses compagnons de jeunesse. Ses grands ministres sont morts. En quatre ans de 1711 à 1715, la mort va lui enlever toute sa descendance à l’exception d’un arrière-petit-fils de cinq ans, le duc d’Anjou futur Louis XV. Le 10 août 1715, le roi ressent une terrible douleur à la jambe gauche. Son médecin diagnostique une sciatique et lui donne du lait d’ânesse. Les douleurs empirent et la gangrène gagne la jambe du roi. Après une longue agonie, Louis XIV meurt le 1er septembre laissant une économie française exsangue après trente et une années de guerre et vingt-trois ans de paix.

 

Toute l’année le Château de Versailles met à l’honneur des spectacles qui évoquent la gloire artistique du Roi-Soleil et permettent de revivre les fêtes sublimes de la cour dans les plus beaux espaces du château et dans les jardins : expositions, concerts, récitals, visites, spectacles :

  • grandes eaux musicales : du 28 mars au 1er novembre (en journée),

  • grandes eaux nocturnes : du 20 juin au 19 septembre (feu d’artifice en clôture),

  • jardins musicaux : du 31 mars au 19 mai et du 7 juillet au 27 octobre (en journée),

  • concert de musique baroque le 2 juillet dans la chapelle royale.

Et aussi, spectacle pyrotechnique dans les jardins de l’Orangerie, bals masqués organisés par Kamel Ouali pour les adultes et pour les enfants, visite des appartements royaux en compagnie de musiciens et de danseurs baroques costumés, tous les samedis d’été.

Saint-Germain-en-Laye s’associe à cet anniversaire en proposant des expositions, bals, spectacles et conférences autour de cette thématique comme  l’affaire des poisons, la vie à la cour de Versailles, l’art de la guerre sous Louis XIV.

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter l’Office de Tourisme de Versailles : 01 39 24 88 88 et l’office de tourisme de Saint-Germain-en-Laye : 01 30 87 20 63 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.