A Claudine, mon professeur de lettres

Pour respecter une certaine parité, pourquoi ne pas alterner, après un vieux monsieur (?), moi-même, une jeune dame, mademoiselle Christine Malleville, professeur de lettres résidant à Gex (Ain), excellente poète classique, en vous présentant le sonnet ci-dessous :

 

Un éclat bleu soudain m’a brisé le cœur.

Vibrant d’émotion, le passé s’illumine

Lorsque le souvenir, émouvante comptine,

Vient charmer mon esprit et m’emplir de bonheur.

 

Dans nos cours au lycée rayonnait la douceur,

Son regard transparent au reflet d’opaline,

Ses propos captivants, son analyse fine,

Habitaient nos esprits en apaisant nos peurs.

 

J’ai voulu la revoir, gagner sa confiance,

Commencer à l’aimer sans une défaillance,

Aube d’une amitié que plus rien ne défit.

 

Nous parlons de chiffons, de poètes antiques,

De recettes, de chats, des enfants, de musique…

Qu’importe le sujet, la présence suffit.

 

Christine Malleville

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *