Barbie fête ses soixante ans !

1959, il y a donc soixante ans, une véritable révolution se profilait dans le domaine des poupées, lorsque, le 9 mars, une Américaine, Rush Handler, présenta sa première poupée Barbie. L’idée lui était venue en voyant sa fille, Barbara, jouer avec une poupée mannequin dite « Bilt Lilli », créée en Allemagne peu avant… Barbara deviendra « barbie » et la société de jeux et jouets Mattel (contraction du nom des fondateurs Harold Matson et Elliot Handler, le père de Barbara) en prend l’exclusivité. Pouvaient-ils alors se douter de l’immense succès de ce « top model », véritable poule aux œufs d’or ! On comptait déjà en1997 un milliard de ces petites poupées vendues dans le monde, sans compter les contrefaçons ! Du reste, pour se défendre de ce fléau, le logo de Mattel est gravé sur la fesse, le dos ou la nuque des poupées ainsi que la date du moule ayant servi à sa fabrication.

A partir de 1959 est lancées sur le marché, d’abord aux USA, la « Barbie ponytail n°1 » (queue de cheval), vêtue d’un maillot de bain rayé noir et blanc, et comme signes distinctifs des cheveux blonds ou bruns, longs derrière et frisés devant, des boucles d’oreilles, poitrine et des jambes raides. Elle conservera la même taille : vingt-neuf centimètres alors que son petit ami, « Ken » créé en 1961 la domine d’un centimètre A partir de 1965 on découvre « la Barbie « american girl » avec son abondante chevelure blonde, brune ou rousse, ses jambes articulées. Jusqu’en 1972 on parle de « Barbie vintage » (cru Barbie) les poupées sont alors made in Japan, Mexique, Hong Kong, Taiwan ou Corée. Puis la fabrication s’étend à la Chine, la Malaisie, les Philippines et depuis 2000 à l’Indonésie. Ce qui fait l’attrait de la Barbie, c’est sa légèreté et sa petite taille permettant à l’enfant de la saisir facilement, d’une main et de l’habiller de l’autre. Or le plus grand attrait de la Barbie, c’est sa garde-robe d’une variété impressionnante, des robes parfois dessinées par de grands couturiers : Cacharel, Lagerfeld, en 2000 Barbie Dior pour les cinquante ans du tailleur. La petite fille peut rêver passant du monde de l’infirmière, à celui du cosmonaute, du jockey, de l’hôtesse de l’air, mais aussi des personnalités en vogue comme le prince Charles et Diana. Pour réveiller l’intérêt de sa clientèle, Mattel innove sans arrêt, non seulement avec les habits mais aussi les mannequins ; ainsi en 2019 sort une boite de vingt poupées dont une handicapée ! Abandonnant le stéréotype on voit apparaître à côté de la « tall Barbie », une plus petite « Cury » bien en chair, correspondant mieux à la réalité de la femme américaine d’aujourd’hui !

Au cours de ses soixante ans de production et au gré de la fluctuation du marché, Mattel, grâce à Christian Louboutin, s’est sans cesse renouvelé créant de nouveaux modèles sans oublier tout un environnement pour les poupées : mobilier et son matériel, automobile, camping-car, piscine, etc. La vogue de ces poupées a gagné la presse, le cinéma et même les musées. L’expo Barbie du Musée des Arts décoratifs en 2016 remporta un énorme succès envoutant toutes générations confondues !

Pas de problèmes de cadeaux pour les amoureux de Barbie sinon le choix et les possibilités financières du donateur ! On pourrait dire bien des choses encore mais laissons notre top model dialoguer avec ses fans.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *