Crépuscule

Le temps s’en va, le temps s’en va, Madame,

Las le temps non, mais nous nous en allons…

 Pierre de Ronsard

 

Et pour donner à nouveau la parole à une dame et à son amour de la vie malgré les ans qui passent, c’est à madame Michèle Alexandre, et à la revue l’Albatros, organe des « Poètes Classiques de France » que je vais aujourd’hui confier cette rubrique, avec son poème « Crépuscule ».

CREPUSCULE

 

Le temps, à pas menus, a brulé les étapes

Du sort, toujours trop court, auquel l’homme est soumis,

Sous l’incisive dent, tous lui sont ennemis

Et la chair s’abandonne aux cruelles agapes.

 

Le présent me convient, malgré ses chausse-trapes,

Tout nimbé du passé, souvenirs endormis

Dont je tisse sans fin le chatoyant semis

De nos bonheurs épars, en d’impalpables chapes.

 

Amis… Frères plutôt, vous les rappelez-vous

Nos espoirs, notre joie et tous nos rêves fous ?

La vie est belle encore et se gausse de l’âge,

 

Quand on sait l’affronter l’esprit jeune et vainqueur.

… En dépit des sillons flétrissant mon visage

Vous chercheriez en vain une ride à mon cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *