Décès de Birthe Lejeune

C’est le 6 mai dernier que Birthe Lejeune est décédée à l’âge de 92 ans. Veuve de Jérôme Lejeune, (1926-1994) médecin et professeur de génétique, co-auteur de la découverte de la trisomie 21 et grand défenseur de l’enfant à naître et de la vie en général (1). Sa vie est inséparable de l’œuvre de son mari. Cette œuvre, elle l’a poursuivie au travers de la Fondation Jérôme Lejeune qu’elle créa avec son gendre Jean-Marie Le Méné après le décès de son mari en 1994. Mais la vie de ce couple consacrée à défendre la vie, a rencontré beaucoup d’oppositions, parfois violentes. L’homélie de l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, qui a célébré ses obsèques, le 12 mai à Saint Germain l’Auxerrois, est à ce sujet, sans ambiguïté, en voici un extrait :

« Aimer, c’est passer de la mort à la vie. Aimer, c’est donner sa vie.

Birthe et Jérôme Lejeune ont voulu aimer pour vivre, ont voulu vivre pour aimer. Alors, pourquoi ont-ils connu tant d’oppositions violentes ?

Qui est contre la vie ? Qui est contre l’amour ? Satan, qui défigure l’amour dans les cœurs. C’est pourquoi ils ont été attaqués par des gens qui se réfugiaient derrière de fausses compassions afin de masquer leur lâcheté et leur veulerie.

Satan déteste la vie. Toute la culture de mort, de l’avortement à l’euthanasie en passant par la destruction d’embryons surnuméraires et la réduction embryonnaire, est son œuvre dans des cœurs aveuglés par un monde qui ne sait plus voir la beauté de toute vie.

Dieu pourtant nous avait donné accès à l’arbre de vie dès le commencement, quand nous vivions dans son intimité. Il insiste ensuite en renouvelant l’alliance avec Moïse : « Voilà, je mets devant toi la vie et la mort. Choisis donc la vie ! » (Dt 30,19)… 

… C’est en contemplant l’amour de Jésus qui va jusqu’au bout que Birthe Lejeune a continué ce combat pour la vie dans l’amour en étant fidèle à son époux qui l’avait inauguré courageusement.

Aujourd’hui, elle peut dire après saint Paul : « J’ai combattu le bon combat » (2 Tm 4,7) et entendre le Christ l’accueillir auprès de son époux : « Entre dans la joie de ton Maître » (Mt 25,23).»

Postulatrice (2) de la cause de canonisation de Jérôme Lejeune, Aude Ducast rend hommage à son épouse en ces termes : « Il suffit d’avoir rencontré une seule fois Birthe Lejeune pour comprendre qu’on avait en face de soi une femme extra-ordinaire … toujours ancrée dans la vie et toujours tournée vers l’avenir».

Beaucoup s’accordent à dire que l’œuvre du Pr Jérôme Lejeune n’aurait pas été la même sans son épouse, lui-même le disait.

C’est une belle page qui se tourne, mais souhaitons que leur œuvre trouve un prolongement, et même s’il va falloir faire preuve de patience, espérons que l’humanité retrouve le sens de la défense de la vie, de la procréation jusqu’à la mort. Il en va de la dignité et du respect de tout Homme, et surtout des plus fragiles, en particulier ceux atteints de la trisomie 21, pour lesquels ce couple a consacré sa vie.

                                                                                           Yves Maretheu

 

(1) Voir les associations « laisser les vivre » et le mouvement« pro-vie »

(2) Postulatrice : dans le langage juridique de l’Eglise (droit Canon),  c’est une personne chargée d’instruire le dossier en béatification puis en canonisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *