HADRIEN ET ROMAIN

…qui viennent de participer au rallye 4L Trophy au Maroc et Jacques, garagiste à Hardricourt qui les a aidés à préparer leur véhicule. 

Vous ne connaissez peut-être pas le 4L Trophy ? C’est un raid humanitaire auquel participent chaque année plus de 1200 équipages, tous étudiants. Ce n’est pas une course de vitesse, mais d’orientation et en plus les participants transportent des fournitures scolaires aux enfants du Maroc. Nous vous invitons à faire connaissance avec deux de ceux-ci et de leur sponsor Hardricourtois, le garage Carbur’auto.

Bonjour Hadrien et Romain, merci de recevoir « Les Echos », vous avez eu la chance de participer en février dernier à l’édition 2013 du 4L Trophy, qu’est-ce qui vous a amenés à vous lancer dans cette aventure ?

Nous avons tous les deux 20 ans et sommes en 3ème année d’une école d’ingénieur à Sceaux, l’EPF, ancienne école Polytechnique Féminine, maintenant mixte. Nous avions très envie de changer notre quotidien et de se lancer dans ce rallye, qui permet de conjuguer aventure et solidarité.

Et vous Jacques, qui avez participé indirectement à cette aventure en sponsorisant la 4L et en formant Hadrien et Romain à la mécanique, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, je suis gérant du garage Carbur’Auto, situé au 7 rue Bignon, à Hardricourt, pas très loin de l’usine de cacao Barry. Je suis installé ici depuis 23 ans et mon domaine d’activité est l’entretien et la réparation de tous véhicules automobiles. Le garage est indépendant et affilié au réseau Eurorépar. Notre établissement est surtout spécialisé dans l’injection électronique et depuis 10 ans nous avons aussi développé des activités dans les carburants alternatifs (GPL) peu polluants.

 

Hadrien et Romain, comment avez-vous trouvé vos sponsors pour cette course à vocation humanitaire ?

Nous avons entendu parler en bien du garage Carbur’Auto, mais pour être honnêtes nous devons aussi avouer que nous avons essuyé plusieurs refus d’autres garages, souvent plus importants en termes de chiffre d’affaires ; c’est ce qui nous a amenés à frapper à la porte de ce garage et nous pouvons dire que n’avons pas été déçus.

Et de votre côté, Jacques, qu’est qui vous a donné envie d’aider ces jeunes étudiants à participer à cette aventure humanitaire ?

Je ne vous cache pas que dans un premier temps j’étais temps plutôt réticent. Mais ces deux jeunes m’ont séduit, je les ai sentis volontaires et très impliqués avec en plus un grand sens de la solidarité. C’est ce qui a fini par l’emporter et a fait pencher ma décision. Le coté humanitaire de ce raid a particulièrement attiré mon attention. En effet, après le printemps arabe, il me semble important d’aider à acheminer des fournitures scolaires auprès des enfants des écoles car l’éducation est à mes yeux indispensables pour affronter l’avenir. En plus, je suis aussi de la génération Paris Dakar et ma première voiture a été une …4 L, alors, comment résister lorsqu’il y a tant de facteurs qui convergent ?

Hadrien et Romain comment s’est concrétisée et matérialisée l’aide obtenue ?

Pour participer à cette aventure, nous avions besoin d’une aide financière, car la participation n’est pas gratuite, mais aussi d’un minimum de formation en mécanique automobile. Les écoles d’ingénieurs dispensent beaucoup de cours théoriques mais peu de cours pratiques. Et dans le désert il est indispensable de pouvoir réparer sa 4L seul. Le garage à accepté de nous préparer à effectuer les réparations indispensables et à nous débrouiller dans le cas d’une panne inopinée. Nous avons participé par exemple au démontage, au changement et au réglage des éléments les plus fragiles de la voiture (allumage, carburation, courroie …). La formation a été répartie sur plusieurs samedis, ce qui a représenté environ 30 heures de formation pour chacun de nous. Nous avons aussi reçu de la part du garage quelques pièces détachées indispensables, telles que des bougies, des vis platinés, une courroie, etc. Nous remercions beaucoup Jacques, son aide à été essentielle et nous devons l’associer à la réussite de ce raid, tant pour la formation qu’il nous a donnée que de la préparation du véhicule.

Avez-vous connu des galères pendant la course ?

Alors ça oui, mais vous savez un raid 4L Trophy sans galère, nous ne pensons pas que ça puisse exister !

Dès les premières dunes, nous nous sommes retrouvés ensablés et en insistant pour s’extraire avons ressenti une forte odeur de brulé dans la voiture, c’est à ce moment que nous nous sommes rappelé des conseils du garagiste et nous avons très vite compris que c’était l’embrayage qui était en cause, il avait surchauffé. Jacques nous avait prévenu, « si vous vous enlisez ou vous vous ensablez, il ne faut surtout pas insister, arrêtez le moteur au moins une demi heure.. .et après vous verrez ». Nous avons sorti donc les pelles et les plaques de désensablage et avons pioché pour nous dégager. Le moteur ayant refroidi nous avons pu repartir sans problème et sans endommager l’embrayage. Les démarreurs sont aussi très sollicités dans le désert pendant le raid, celui de notre 4L a donné quelques signes de fatigue au bout de deux jours. Nous en avions parlé avec Jacques avant de partir, et il nous a suffit de taper sur cette pièce pour en débloquer les charbons et repartir de plus belle. Nous étions soulagés et avons pu continuer notre chemin sans attendre la voiture balais. C’est sécurisant de pouvoir être autonome dans le désert. Hormis ces petits tracas, la traversée des pistes marocaines ainsi que le retour en région parisienne se sont déroulés à merveille.

Quel est votre plus beau souvenir ?

Bien sûr, tout au long de cette aventure, nous avons été émerveillés par le côté sauvage et la beauté des paysages. Cependant, l’événement le plus marquant de notre périple a été sans conteste notre rencontre avec les jeunes enfants marocains, surtout lorsque nous leurs avons remis les fournitures, il fallait alors voir leurs yeux briller ! Le voyage valait la peine même s’il n’y avait eu que ce moment. Il faut quand même préciser à vos lecteurs que, au total, 60 tonnes de matériels scolaires ont pu être acheminées jusqu’au Maroc ; ils vont permettre la scolarisation de plus de 24 000 enfants. Nous ne sommes pas peu fiers d’avoir participé à ce beau geste solidaire.

Alors, Hadrien et Romain, le mot de la fin?

Nous avons vécu une expérience marquante et inoubliable pour de jeunes étudiants en quête d’aventure que nous sommes, en plus nous avons réussi à joindre l’utile à l’agréable.

Bravo et un grand merci pour votre action, Hadrien et Romain, je crois que vous pouvez aussi remercier Jacques et le garage Carbur’Auto, c’est en grande partie grâce à son équipe que vous avez pu réaliser votre rêve.

Si vous désirez plus de détail sur ce raid 4L Trophy, vous pouvez visiter le site www.4ltrophy.com 

Jannick Denouël 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *