Liliane BERMONT et Simone BARBIER, Présidente et Secrétaire-Trésorière du Comité Des Usagers – Rive Droite de la Seine dénommé C.D.U. – R.D.S

 Consacrant notre numéro d’avril aux transports, il nous a paru intéressant et utile d’aller à la rencontre de cette association locale de défense des usagers en matière de transport. Voici le résumé de notre entretien qui complète ou précise ce que nous connaissons de cette association.

 

Bonjour Mesdames, merci de recevoir « Les Echos de Meulan » pour épondre à nos questions et éclairer nos lecteurs sur vos activités. Tout d’abord, depuis quand ce comité a-t-il été créé et quel est son rôle ?

Liliane Bermont (L.B.) : C’est à la suite de nombreux dysfonctionnements et retards de trains, sur la ligne de Paris / Mantes-la-Jolie par Conflans-Sainte-Honorine, que des usagers exaspérés, en 1998, ont décidé d’interpeller les mairies et la SNCF pour se faire entendre. Des démarches individuelles (courriers, pétitions, rendez-vous) ont eu lieu, mais sont restées hélas infructueuses. Alors, il nous a été conseillé de créer une association d’usagers qui aurait plus de poids. Après consultation et regroupement de différentes personnes prenant le train au quotidien pour se rendre à Paris, nous avons décidé de former un comité d’usagers sous forme d’association – loi 1901 – et celle-ci a été créée et enregistrée au Journal Officiel le 18 juillet 2000. Dès lors, nous avons repris nos contacts et nos interlocuteurs ont pris conscience de l’importance de nos difficultés de transport pour lesquelles nous attendions une intervention de leur part en vue d’une amélioration sensible de nos déplacements.

La SNCF nous a mis un peu à l’épreuve et en observation mais, très vite, elle a accepté de nous recevoir et a compris l’intérêt de notre action. Des comités d’axe ont été mis en place par leur soin réunissant des usagers et des représentants des mairies situées sur ces mêmes axes. Pour notre secteur, il s’agit de La Frette – Limay. Au fur et à mesure des réunions, et après négociation avec la SNCF, nous allons au-delà de notre ligne, pouvant ainsi défendre les usagers pour leurs déplacements dans toute l’Ile-de- France.

Simone Barbier (S.B.) : C’est au fil du temps et en étant présent dans de nombreuses instances, que le comité a pu pleinement jouer son rôle auprès des usagers, qui est de :

          les informer,

          répondre à leurs questions,

          les aider dans leurs démarches,

          les défendre dans des cas litigieux,

et ce, en vue d’améliorer leurs déplacements en Ile-de-France, au départ des Yvelines vers toutes les destinations par moyens de transport aussi bien ferré, routier qu’en circulation douce (piste cyclable, voie piétonne, passerelles…).

Pour expliciter votre rôle, pouvez-vous nous citer des exemples d’actions qui ont été menées ?

L.B. : La demande de rehaussement des quais était notre priorité. Trop de personnes peinaient à monter dans les trains ; des accidents plus ou moins graves ont eu lieu. Nous avons dû constituer un dossier complet et précis avec photos à l’appui de la situation des cinq gares en courbe concernées (Triel, Thun, Juziers, Gargenville, Issou), dossier remis au responsable d’axe de la SNCF, à charge pour lui de le transmettre, pour étude, aux services compétents.

Plusieurs mois ont passé et pas de nouvelles du dossier. Nous avons relancé la SNCF puis RFF (Réseau ferré de France), pour savoir s’il avait été pris en compte et qui le détenait. Sans réponse précise et fort agacée de cette situation, l’association a sollicité l’intervention du STIF (Syndicat des transports d’Ile-de-France), lors d’une réunion en leurs bureaux. Alors grande surprise des participants ; un engagement est pris d’une réponse à nous fournir dans les 24/48 heures ; ce qui fut fait. Le dossier donc retrouvé est déclaré fort complexe, entraînant de nombreux travaux et un budget conséquent. Il est mis en étude technique aux maîtres d’œuvre et d’ouvrage et nous serons tenus ensuite au courant de son évolution et de sa réalisation.

Cela a pris cinq ans et demi pour que l’ensemble des rehaussements de quais soit réalisé, à la grande satisfaction de tous les usagers et de certains maires qui nous ont d’ailleurs remerciés du suivi assidu de ce dossier.

Nous avons travaillé ensuite avec les services de la SNCF – Aménagements des gares et avons donné notre avis : abris de quais, sièges (pour leur choix, emplacements et pose). Des situations spécifiques comme, par exemple, la gare de Juziers (située en contrebas des quais rehaussés) a nécessité l’aménagement de marches et d’un plan incliné pour rejoindre le quai et la passerelle.

S.B. :   Deux autres domaines d’actions sont l’information des usagers et la signalétique.

Un exemple, nous sommes intervenus sur la position, l’éclairage et l’emplacement des plaques de quais pour que les usagers puissent se repérer dans le noir et sommes à l’origine de la pose de celles perpendiculaires aux voies en début et fin de quais pour que les voyageurs aient une meilleure visibilité du nom de la station dès l’entrée ou la sortie de gare.

Par ailleurs, lors de gros incident et/ou retard impactant de nombreux trains, la SNCF a pris l’engagement d’afficher dans des supports appropriés, dans les gares concernées, pour 24 h. une fiche d’informations précisant aux usagers les raisons et les conséquences des dysfonctionnements survenus.

L.B. : Nous ne négligeons pas, non plus, la défense des usagers, en particulier dans les domaines de la régularité, ponctualité et sécurité des transports. Suite à des demandes répétées et fortement souhaitées par les usagers, notre association a fait pression sur la SNCF qui a réussi à mettre en place deux numéros spécifiques :

    le 3117, n° d’urgence Transilien – en cas d’agression ou d’incident.

    le 3658, pour toutes informations générales Transilien.

Pour obtenir ces résultats, pouvez-vous nous expliquer comment vous fonctionnez ?

L.B. : Grace à nos différents courriers, courriels, réunions spécifiques et présence régulière deux à trois fois par an dans les différents comités d’axe inter gares qui se sont constitués (Limay-La Frette, RER A Cergy, Ligne L Argenteuil), nous avons été reconnus et appréciés comme une association sérieuse, positive, efficace qui apporte des suggestions et dont les échanges sont très constructifs. Nos interlocuteurs apprécient d’avoir des représentants d’usagers crédibles à qui ils accordent leur confiance. Ils sont prêts à nous écouter et nous satisfaire dans le domaine du possible et nous, nous nous armons de patience et de persévérance.

S.B. : Nous avons pu mesurer cette confiance lorsque nous avons été consultés en décembre 2003 pour le projet de rénovation de la gare de Paris Saint Lazare (PSL) et tout au long de travaux où nous avons été sollicités pour donner notre avis. Invités à l’inauguration qui a eu lieu le 21 mars 2012, nous ressentons une certaine fierté pour ces dix ans de concertation. Au cours des réunions périodiques avec les responsables de PSL, Direction Transilien, Direction Régionale et Haute et Basse Normandie, nous avons pu intervenir, au niveau des études de flux, sur les différents aspects de la rénovation en insistant sur les panneaux d’affichages, salles d’attente, toilettes, déplacements en gare, signalétique…. Un point important est à signaler : l’un des membres non-voyant de notre comité a testé les fiches d’information en braille présentées pour avis par la SNCF. Aujourd’hui encore, les responsables de PSL examinent avec des malvoyants ou non-voyants, tous les trajets de circulation à l’intérieur et aux alentours de la gare pour vérifier la bonne compréhension de leur signalétique.

L.B : La base de notre fonctionnement a toujours été d’écouter les usagers, entendre leurs doléances et leurs besoins, de connaître leur avis afin de faire remonter des demandes précises et argumentées, de suivre les dossiers présentés aux différents services compétents. C’est ainsi que des résultats positifs ont pu être obtenus grâce à ce travail de longue haleine.

Avant que nous abordions d’autres modes de transport, avez-vous d’autres éléments d’actualité à évoquer ?

L.B. : Oui, il est intéressant de signaler à vos lecteurs, les évolutions relativement récentes dans le domaine de l’information avec la création du système SIVE (système d’information voyageur embarqué). Il s’agit de l’affichage, visuel et sonore, placé dans chaque voiture, qui annonce le nom de la station avant l’entrée en gare. Nous en suivons le bon fonctionnement avec les remontées positives ou négatives des usagers afin d’en faire assurer un bon traitement.

Par ailleurs, la pose du système Info-gare est une révolution pour l’information et les usagers l’apprécient – en cas de dysfonctionnement, nous sommes là pour les signaler aux services concernés.

S.B. : Toujours en matière d’information, des blogs accessibles aux usagers, via internet, sont mis à leur disposition et les réponses sont assurés par des responsables de la SNCF : maligneJ, maligneA, maligneL. Il ne faut pas hésiter à les utiliser et si problème, nous en parler.

L.B. : Une évolution aussi importante est celle de la tarification. Nous avons contribué par demande répétitive, auprès du STIF et de la Région, à la réduction des zones tarifaires, de 7 à 6 et puis de 6 à 5. Depuis janvier 2013, il est possible de compléter son pass navigo pris pour une zone déterminée par une zone complémentaire ; de plus le dézonage, le week-end est désormais effectif.

S.B. : Nos démarches ont également contribué à l’augmentation des fréquences de trains : toutes les vingt minutes en période de pointe, trente minutes en heures creuses et sans changement en gare de Conflans Sainte-Honorine. Par ailleurs, nous avons défendu, avec succès, plusieurs dossiers de litige entre usagers et SNCF.

L.B. : Dans le domaine du confort des voyageurs, nous mettons la pression auprès des responsables d’instances pour que les nouvelles voitures ainsi que les gares soient équipées de toilettes. Pour celles actuellement en circulation, nous demandons à ce qu’elles bénéficient d’une remise en état et d’un entretien régulier. Au travers des réunions de concertation mises en place, nous comptons bien obtenir satisfaction.

Avez-vous le même type de fonctionnement avec les transports routiers ?

L.B. : Oui, nous avons des réunions régulières avec les comités ou syndicats locaux de transport : Conflans, Triel, Les Mureaux, Limay et avec les différentes communautés de communes. Actuellement, nous participons à une étude locale sur notre territoire concernant les transports à la demande.

D’une manière générale, nous intervenons ponctuellement auprès des différents transporteurs concernés sur les trajets et les horaires, sur la régularité et les différents problèmes remontés par les usagers, actifs, retraités ou parents d’élèves.

Au fil de cet entretien nous avons pu mesurer à quel point la représentation des usagers joue un rôle important dans le maintien et l’amélioration des transports. Etes-vous nombreux à agir dans ce domaine ?

S.B. : A sa création, notre association comptait une centaine de personnes. Aujourd’hui, nous comptabilisons une cinquantaine d’adhérents puisque certains nous ont quittés ou sont partis en retraite et ne se sentent plus concernés. Pour ceux qui souhaitent nous soutenir, nous leur proposons une adhésion de 8 € l’année, qui ne les engage en rien et leur permet seulement d’être informés sur nos activités avec l’envoi de notre calendrier trimestriel. Merci à nos futurs adhérents – n’oublions pas que l’UNION FAIT LA FORCE !

Il nous faut conclure, avez-vous un message à faire passer à nos lecteurs ?

L.B. : Pour obtenir de bons résultats, il faut être réactif, garder une dynamique efficace avec les usagers, échanger le plus possible par courriel (2) ou téléphone (3) suivre les dossiers, relancer et persévérer dans toute demande, si besoin, monter au créneau, voir les élus et contacter les instances compétentes. C’est ce qui nous a toujours animés depuis notre création. Nous invitons donc tous les usagers à nous faire part de leurs informations, suggestions, doléances et problèmes rencontrés dans tous leurs déplacements (SNCF, RER, Cars, bus, y compris dans le domaine de circulation douce appelée à se développer).

Nous serons toujours à leur écoute pour intervenir au mieux auprès des responsables compétents et, ainsi, TOUS ENSEMBLE, nous contribuerons au maintien, à l’amélioration et à l’évolution des transports sur notre secteur et en Ile-de-France.

Un grand merci Mesdames pour votre disponibilité, votre enthousiasme et votre efficacité. Nous mesurons mieux le travail remarquable de votre comité et son impact sur la fréquence, la sécurité, le coût, le confort et l’évolution des différents modes de transports dans notre région. Nous espérons que cet entretien incitera encore davantage les usagers de notre secteur à vous contacter et à vous soutenir dans vos actions.

(Propos recueillis par Yves Maretheu)

  1. Site du Comité Des Usagers – Rive Droite de la Seine
  2. Adresse email : cdu-rds@wanadoo.fr ou phibarbier@wanadoo.fr
  3. Tél     01 34 74 75 52   ou     06 70 32 43 53

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *