JEAN-EMMANUEL MAIGRET, Directeur de l’école Mercier saint Paul à Meulan

A la dernière rentrée scolaire, suite au départ de madame Marie-José Bauduin (1), un nouveau directeur a été nommé à l’école Mercier-Saint Paul. Nous l’avons rencontré pour vous le faire connaître.

 Bonjour Monsieur Maigret, nous vous remercions de nous recevoir quelques jours après la rentrée, pour vous présenter à nos lecteurs. Tout d’abord pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours professionnel ?

Tout nouvellement nommé directeur de l’école Mercier-Saint Paul, je remercie Les Echos de Meulan de me donner l’occasion de me présenter à vos lecteurs. J’ai 46 ans, je suis marié et j’ai quatre enfants, les deux aînés sont à l’université, un garçon est au lycée et la plus jeune entre en 6ème. Pour ce qui concerne mon parcours professionnel, j’ai déjà près d’une dizaine d’années d’expérience en tant que directeur d’école, sept années à l’école sainte Marguerite à Eaubonne, puis deux années à l’école Sainte- Marie aux Mureaux. Au tout début de ma carrière, j’ai été instituteur puis durant quatre années à Taverny, j’ai été enseignant spécialisé pour travailler en petit groupe pour des enfants qui avaient besoin d’aide en mathématiques et en lecture. J’avais également ce poste lors de mes précédentes directions. Je suis d’ailleurs ravi qu’il y ait à Mercier Saint Paul une attention particulière et un accueil de la part de l’équipe pédagogique pour accompagner des enfants qui ont besoin de soutien.  

Pouvez-vous nous indiquer la configuration actuelle de l’école ?

L’école accueille deux cent soixante élèves, répartis dans trois classes maternelles, dix classes d’enseignement primaire. L’équipe pédagogique est composée de quinze professeurs et de dix membres du personnel.

Après votre première rentrée à Meulan, quelles sont vos impressions ?

Succédant à une directrice qui était très appréciée, je dois dire que j’ai été très bien accueilli par monsieur Gurzeler, directeur du Collège et chef de l’établissement, ainsi que par les membres de son équipe, les enseignants et les membres du personnel.

Tout de suite avec monsieur Gurzeler, nous nous sommes retrouvés sur un objectif : renforcer les liens entre l’école et le collège. Cela a débuté par une prérentrée d’une demi-journée commune où le spectacle « silence dans les rangs », one man show pédagogique de Pierre Mathues, plein d’humour et de dérision, nous a été présenté. Autre réalisation commune, nous avons décidé qu’une photo de tous les élèves de la maternelle à la troisième soit réalisée courant septembre. D’autres initiatives seront prises et nous réfléchissons d’ores et déjà sur l’évolution de la fête de l’établissement pour que tous s’y sentent impliqués.

Je dois également évoquer la prérentrée très enrichissante des chefs d’établissement du diocèse de Versailles où le thème a été l’intériorité. De plus, nous avons eu l’intervention de Jean Caron, professeur philosophe qui nous a fait réfléchir sur le rythme et le temps. Avec les autres nouveaux chefs d’établissement, j’ai reçu ma lettre de mission par M. Roucher (directeur diocésain des Yvelines) au cours de la messe de rentrée, à la cathédrale Saint-Louis, célébrée par le père Patrick Bonafé, vicaire général. Nous avons déjà pris rendez-vous en mars 2015 pour un séminaire des chefs d’établissement qui se tiendra à Assise.

Cette prérentrée m’amène à évoquer la pastorale chrétienne au sein de l’école, comment voyez-vous les choses ?

Je dois tout d’abord préciser le contexte. L’enseignement catholique, sous l’impulsion des évêques de France, est résolument ouvert à tous les élèves, quelle que soit leur conviction religieuse. Cette ouverture à tous est conforme aux lois de la République et au droit canonique.

Le défi que nous devons relever est de renforcer le caractère propre de nos établissements en particulier en vivant les temps forts de l’année liturgique. L’ouverture aux autres ne doit pas nous faire perdre notre identité mais au contraire nous encourager à la rendre plus visible.

A l’école Mercier-Saint Paul, nous avons la chance d’être en cotutelle avec les sœurs de Saint-Paul de Chartres et ainsi d’avoir le soutien des sœurs dans notre animation pastorale.

Dés la prérentrée, nous avons réfléchi avec l’équipe enseignante sur les axes de cette année et avons retenu de travailler sur les « valeurs » et en particulier sur les notions de respect de l’ensemble de la communauté éducative et du bien commun en lien avec l’intériorité. Concrètement, en ce début d’année, une des premières pistes est d’établir des relations souriantes avec les parents.

Une entité importante dans le monde scolaire : l’association des parents d’élèves (APEL).

Comment voyez-vous les relations ?

Les premiers contacts, en particulier avec madame Dumant présidente de l’APEL, sont positifs. Nous nous retrouvons sur une même volonté de soutenir ensemble des projets et trouver des solutions aux problèmes rencontrés.

Des parents ont probablement dû vous poser la question des rythmes scolaires ?

Oui, bien sûr, dès les premières minutes de la rentrée ! Le sujet est d’actualité mais il faut savoir que cette réforme ne concerne que les établissements publics. Toutefois, au niveau du diocèse, il y a eu beaucoup de concertation l’année dernière. Le secrétaire général de l’enseignement catholique, monsieur Pascal Balmand, nous a invités à réfléchir au niveau local ; l’ensemble de la communauté éducative, équipes enseignantes et parents, est actuellement pour le maintien des rythmes scolaires pratiqués dans nos établissements.

Il nous faut conclure, avez-vous un message particulier à adresser ?

Mon souhait est que la bonne humeur et les sourires de ce début d’année continuent tout au long de l’année.

Un grand merci monsieur Jean-Emmanuel Maigret pour votre accueil et votre disponibilité, l’équipe des Echos de Meulan vous souhaite la bienvenue dans le groupement paroissial de Meulan et vous assure de son soutien dans votre mission éducative et pastorale.

                                                                          (Propos recueillis par Yves Maretheu)

 

(1) Madame Marie-José Bauduin a bénéficié d’un nouveau poste en Normandie suite à une mutation professionnelle de son mari.                                     

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *