La Création : hasard ou déterminisme ?

Les astrophysiciens ont découvert récemment une superstructure galactique cent fois plus volumineuse que ce que l’on connaissait jusque là. Ils l’ont baptisée Laniakea qui signifie en hawaïen « Horizons célestes immenses ». Cette super galaxie mesurerait environ 500 millions d’années-lumière de diamètre et serait composée de 100 millions de milliards de soleils répartis dans 100 000 galaxies, dont la nôtre, la Voie Lactée, avec ses quelques 200 milliards d’étoiles dont le Soleil et notre petite Terre qui, jusqu’à preuve du contraire, est seule porteuse de vie ! Ceci ne fait que renforcer la conscience de notre extrême petitesse.

« Dieu ne joue pas aux dés ! » lance en 1927 Albert Einstein, le père de la théorie de la relativité. Pour lui, la nature n’obéit pas au hasard. Niels Bohr, le fondateur de la physique de l’infiniment petit, lui répond : « Cessez de dire à Dieu ce qu’il doit faire ! ». A ses yeux, l’incertitude du comportement des particules élémentaires ne peut être que le fruit du hasard. Les frères Bogdanov et Stephen Hawking, dans leurs livres parus au même moment, opposent leurs thèses.

Les frères Bogdanov, certainement trop médiatisés, dans leur livre « La fin du hasard », justifient la création, le Big Bang initial, il y a 14 milliards d’années, et donc l’existence d’un créateur car, disent-ils en citant Poincaré « Le Hasard n’est que la mesure de notre ignorance ». Trin Xuan Thuan, astrophysicien mondialement reconnu, dans « La Mélodie Secrète », avait soutenu la même thèse. On sait maintenant que l’univers est en constante expansion et que tous les astres s’éloignent les uns des autres accentuant le désordre. Si on regarde l’univers en remontant le temps comme savent le faire les scientifiques, on constate que le désordre diminue et disparaît à l’instant zéro où tout est réduit au point dans lequel tout est ordonné. Il a bien fallu que tout soit ordonné et programmé à cet instant zéro d’autant que l’on sait aussi que la plus minime variation des constantes de l’univers interdirait l’apparition de la vie. Les Bogdanov avancent l’hypothèse qu’en amont du mur de Planck, avant l’instant zéro, la matière n’existait pas, il n’y avait que de l’information, un plan, un code, forcément conçu par une entité supérieure à l’homme et à jamais inaccessible.

Dans son livre « Y a-t-il un architecte dans l’Univers ? »Stephen Hawking défend une conception opposée au travers d’une théorie justifiant une création spontanée de l’Univers. Newton, avec les lois de la gravitation, avait démontré que des équations mathématiques pouvaient rendre compte des interactions des corps qui permettraient de voir passé et futur, mais on avait sous-estimé les calculs nécessaires. Les incertitudes quantiques, les espaces courbes, les quarks ont démultiplié les problèmes et nous offrent 10100 univers avec pour chacun leurs lois propres. On dispose aujourd’hui d’une prétendante au titre de théorie ultime du Tout. Baptisée « Théorie », elle pourrait prétendre apporter des réponses à la question de la création. Pour elle, non seulement notre Univers n’est pas unique, mais de nombreux autres ont été créés à partir du néant, sans que leur création ne requiert l’intervention d’un être surnaturel. Chaque Univers a de nombreuses histoires possibles et peut occuper un grand nombre d’états différents longtemps après sa création. Cependant, la majorité de ces états ne ressemble en rien à l’Univers que nous connaissons et ne peut contenir notre forme de vie. Dans l’univers, l’énergie positive de la matière peut être compensée par l’énergie négative de la force gravitationnelle permettant une création à partir de rien. La création spontanée est la raison pour laquelle il existe quelque chose plutôt que rien et il ne serait donc pas utile d’invoquer un créateur pour expliquer la naissance de l’univers. D’ailleurs, le temps lui-même n’a commencé qu’au Big Bang, il s’est auto-généré, ce qui exclurait de fait une manifestation antérieure.

Si Trin Xuan Thuan et les frères Bogdanov ne semblent pas démontrer formellement l’existence d’une puissance supérieure, Stephen Hawking ne semble pas démontrer non plus la non possibilité d’existence de cette puissance supérieure. D’ailleurs, la théorie du Big Bang n’est pas acceptée par toute la communauté scientifique et il lui est notamment reprochée d’être une adaptation de la genèse de l’univers au travers d’une vision qui est forcément imprégnée de toute notre culture et de notre désir de trouver une explication et une réponse à la lancinante question philosophique : d’où venons-nous ? Nous vivons au présent dans un espace et un temps qui nous semblent bien différenciés et notre observation de ce qui nous entoure dans notre vie quotidienne ne nous éloigne pas vraiment de nos lointains ancêtres. Notre vision de tous les jours nous montre un soleil qui se lève toujours à l’Est et qui se couche toujours à l’Ouest, dans un mouvement apparent de rotation autour de la terre. Nous vivons apparemment dans un système géocentrique alors que nous savons très bien qu’en réalité le système est héliocentrique. Finalement, les cosmogonies traditionnelles donnent une explication de l’ordre du déterminisme, la création impliquant obligatoirement un créateur et les sciences, tout en donnant une explication de plus en plus complexe sur le monde qui nous entoure, ne se prononcent pas sur l’existence d’un créateur. Cette possibilité ne relèverait donc finalement que d’une conviction intime ou de la foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *