Le domaine d’Elisabeth

10 mai 1794 : une jeune femme monte les marches de l’échafaud. Le plus grand tort de cette femme discrète et sans histoire appelée Madame Elisabeth est d’avoir été la sœur du roi Louis XVI.

Née au château de Versailles le 3 mai 1764, Elisabeth de France est la dernière enfant de Louis, dauphin de France et de Marie-Josèphe de Saxe. Orpheline à 3 ans, elle vit auprès de sa sœur Clotilde jusqu’au mariage de celle-ci. Madame Elisabeth a alors 11 ans et se retrouve seule. Elle trouve refuge auprès de la famille accueillante de son frère Louis. Sa jeunesse se passant dans une douceur certaine, elle refuse toute demande de mariage dont celle de l’empereur Joseph II d’Autriche, frère de sa belle-sœur, Marie Antoinette. Elle a 19 ans lorsque son frère lui fait cadeau d’un sublime domaine de sept hectares à Montreuil, village situé à l’époque à quelques centaines de mètres du château de Versailles et qui depuis, est devenu un quartier de la ville.

Dans son domaine, havre de paix, de verdure et de simplicité pour cette princesse au grand cœur, Elisabeth connaît les heures les plus heureuses de sa vie. Elle agrémente de fleurs le parc de son « chez soi » et fait construire ferme, pépinière, petit jardin médicinal, orangerie, potager et laiterie où elle fait venir des vaches suisses. De son salon, elle entend chanter les coqs. Elle y mène des jours paisibles, entourée de ses amies qu’elle entraîne à la chasse ou à la pêche. Refusant d’acheter des objets d’art pour son château, l’intérieur de sa demeure reste sobre, comparé à ce qui se faisait à cette époque. Gaie, pieuse et incroyablement généreuse, Madame Elisabeth, par ses multiples actions de charité comme le dispensaire qu’elle fait installer dans une pièce de la maison, apprend à panser les plaies et préparer les mixtures, devenant ainsi « la bonne dame de Montreuil ». Elle porte des vêtements et de la nourriture aux plus démunis et les autorise à prendre lait et œufs dans la basse-cour : une sonnette permet de les laisser rentrer. Lorsqu’elle fait appeler son médecin, il est surpris de la trouver entourée des paysans de ses terres qui peuvent ainsi bénéficier gracieusement des progrès de la médecine.

L’Histoire la rattrape en 1789. D’une loyauté sans faille envers son frère, elle refuse d’émigrer à plusieurs reprises. Fidèle jusqu’au bout, elle suit le couple royal au palais des Tuileries ; puis ce sera la fuite à Varennes et la prison du Temple avant d’être présentée au tribunal révolutionnaire le 9 mai 1794. Malgré un protocole d’accusations sans preuve, sans interrogatoire, sans témoin et aucun contact avec son avocat, elle n’échappe pas à la folie sanguinaire des hommes et est condamnée à la peine capitale.

Après la Révolution, le mobilier de son château est vendu. Le domaine devient un hôpital militaire puis une manufacture d’horlogerie avant de connaître une succession de propriétaires. Le Conseil Général des Yvelines en fait l’acquisition en 1983, restaure complètement la propriété et ouvre le parc gratuitement au public en 1999.

Situé sur l’actuelle avenue de Paris, le domaine de Madame Elisabeth est aujourd’hui un lieu dédié à la nature, aux arts et à la culture. Il accueille régulièrement des animations : chasse aux œufs, cinéma en plein air, comptoir de Noël, présentations d’art contemporain… Le parc fait aussi partie des lieux de pique-nique préférés des Yvelinois à la belle saison et accueille les visiteurs sur toute l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.