Le palais de l’Elysée, 300 ans d’occupation

Témoin du temps passé, la résidence officielle de la présidence de la République française est un résumé de trois siècles d’Histoire traversés par les régimes politiques qui se sont succédé.

L’origine

Construit dans un quartier très champêtre entre 1718 et 1722 pour l’ambitieux Louis de La Tour d’Auvergne, comte d’Evreux, cet ancien hôtel particulier n’aura de cesse d’être embelli par son propriétaire. Après sa mort en 1753, c’est la marquise de Pompadour qui achète le domaine. Elle y réside épisodiquement, y reçoit ses amis les plus proches et organise des soirées musicales. A son décès, elle lègue l’hôtel au roi Louis XV qui en fait le siège provisoire du Garde-meubles de la Couronne. Un banquier en prend possession avant que la duchesse de Bourbon, sœur de Philippe-Egalité, transforme le palais en un haut lieu de sciences occultes. Pendant trois ans, elle dépense sans compter, remet les pièces au goût du jour et transforme les jardins.

Au lendemain de la Révolution pendant laquelle le bâtiment devient, entre autres, le dépôt national de meubles des saisies d’émigrés ou de condamnés, un couple de négociants flamands loue l’Elysée comme lieu de fête et de plaisir.

C’est sous le premier Empire que le palais retrouve son lustre d’antan. Caroline Murat y donne des bals somptueux sur ordre de son frère l’empereur : l’Elysée redevient alors le centre de la vie mondaine. Après le départ de sa sœur pour le royaume de Naples en 1808, Napoléon Ier s’y installe plus confortablement qu’aux Tuileries.

Le palais est ensuite occupé par le duc de Berry avant que Louis-Philippe n’en fasse, jusqu’en 1848, la résidence des hôtes étrangers de la France en visite à Paris.

Le temps des présidents

Avec l’instauration de la seconde République, le palais devient la résidence du président nouvellement élu, Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier. Frappé par le mauvais état de l’ensemble du bâtiment qui lui rappelle ses souvenirs d’enfance, il y entreprend une rénovation complète qui aboutit à la façade et à l’agencement des pièces que l’on connaît aujourd’hui. C’est dans le salon d’Argent, endroit où son oncle a signé son acte d’abdication définitive qu’il prépare son coup d’état dans la nuit du 1er au 2 décembre 1851 qui, un an plus tard, lui permettra de devenir empereur. Le Second Empire s’effondre en 1870 et tandis que les Tuileries et le château de Saint-Cloud partent en fumée, l’Elysée est épargné. Il redeviendra officiellement résidence présidentielle en 1879. Vingt-cinq locataires et un président du Sénat, qui a assuré deux fois le pouvoir par intérim pendant la Vème République, occuperont le palais durant plus d’un siècle, excepté pendant la 2ème guerre mondiale où le gouvernement s’installe quatre années à Vichy.

Quelques chiffres

Le palais de l’Elysée comprend 365 pièces. Sur une surface de 11 180 mètres carrés, 300 sont occupés par les appartements privés. Le mobilier du palais se compose de 2 000 meubles précieux dont 200 tapisseries, 6 000 pièces d’argenterie et 3 000 pièces de verrerie de Baccarat composent le mobilier du palais. Mais depuis 1978, le lieu le plus secret de France, du nom de « P.C. Jupiter », est le bunker enfoui à soixante-dix mètres où se trouve le bouton nucléaire. Le palais peut également compter sur un détachement de sapeurs-pompiers de Paris et dispose d’un centre médical dédié.

L’Elysée est une ruche où s’activent quelque huit cents personnes presque 24 heures sur 24. On pense généralement aux gardes républicains qui assurent les honneurs de l’Etat, aux gendarmes chargés de la protection du palais et de ses occupants, mais il y en a bien d’autres, plus discrets, voire invisibles : fleuristes, archivistes, chauffagistes, chauffeurs, femmes de ménage, lingères, argentiers, maître-horloger, … et le service de l’intendance avec maîtres d’hôtels, cuisiniers, sommeliers, … Et puis le majordome, en permanence à la disposition de l’intimité du président et soumis à un secret absolu. Evoquons aussi les jardiniers qui prennent soin d’une multitude de variétés de rosiers et entretiennent le parc de près de deux hectares, composé d’une centaine d’espèces d’arbres et d’arbustes dont trois platanes bicentenaires. Vingt mille bulbes de jacinthes et de tulipes sont nécessaires pour la plantation des fleurs de printemps et dix-sept mille pour celles d’été. Tous, de président en président, font tourner la maison en pratiquant l’excellence à la française.

Histoire de la France, accueil de rois, présidents, ministres, personnalités sportives ou scientifiques du monde entier, secrets d’alcôves ou politiques, … Que d’évènements ont eu lieu dans ce magnifique palais ! Ah si les murs de l’Elysée pouvaient parler !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.