Le PETIT PRINCE a soixante ans

C’est l’œuvre la plus connue d’Antoine de Saint-Exupéry. Né le 29 juin 1900 dans une famille issue de la noblesse française, Antoine de Saint-Exupéry passe une enfance heureuse, malgré la mort prématurée de son père. Elève très moyen, il échoue à l’examen d’entrée de l’Ecole navale ; par dépit, il fera son service militaire dans l’aviation. Engagé en 1926 par la compagnie Latécoère (future Aéropostale), il transporte le courrier de Toulouse au Sénégal, avant de rejoindre l’Amérique du Sud en 1929. Pilote distrait, on prétend qu’il était surnommé « pique la lune » par les mécanos. Il multipliait les défis, cultivait les amitiés les plus improbables et tentait d’apprivoiser des animaux sauvages : renard des sables, gazelle, caméléon, bébé phoque, puma, lionceau qu’il embarquait parfois dans son avion, au grand dam de ses mécaniciens.

S’inspirant de ses expériences d’aviateur, il publie ses premiers romans « Courrier Sud » en 1929 et surtout « Vol de nuit » en 1931 qui rencontre un grand succès. A partir de 1932, son employeur entrant dans une période difficile, Saint-Exupéry se consacre à l’écriture et au journalisme. En 1939, il est mobilisé dans l’Armée de l’Air et est affecté dans une escadrille de reconnaissance aérienne. Parallèlement, l’expérience de ses voyages dans le cadre de son activité de journaliste, l’amène à écrire « Terre des hommes » publié en décembre 1939, grâce auquel il obtient le Grand prix du roman de l’Académie française.

A l’armistice de 1940, il s’installe à New-York ayant pour objectif de faire entrer les Américains dans la guerre ; à cet effet, il publie en février 1942, « Pilote de guerre » et devient une des voix de la Résistance. Ayant rejoint une unité de reconnaissances photographiques en vue du débarquement en Provence, il disparaît lors d’une mission le 31 juillet 1944 ; son avion ne sera retrouvé qu’en 2004.

C’est durant sa période new-yorkaise qu’il écrit « Le Petit Prince» publié en deux versions anglaise et française le 6 avril 1943. Ce n’est que trois ans plus tard qu’elle sera éditée en France chez Gallimard, sans toutefois, pour des raisons techniques, reprendre les aquarelles de l’auteur.

Il y raconte l’histoire d’un aviateur qui, à la suite d’une panne, doit se poser en catastrophe dans le désert… Le lendemain matin, il est réveillé par une petite voix qui lui demande : « s’il te plaît, dessine-moi un mouton » ; il obéit et en dessine plusieurs mais aucun ne convient ; agacé, il finit par dessiner une caisse et il lui dit : « le mouton que tu veux est dedans ». Cette fois le petit prince est satisfait ; il fait même remarquer que « le mouton  s’est endormi »…

C’est un très beau conte poétique et philosophique destiné aux enfants mais aussi aux adultes car l’auteur transmet par le truchement des dialogues entre l’enfant et l’aviateur une conception symbolique de la vie. Il permet aux grands de retrouver leur âme d’enfant.

Le petit prince représente l’amour, la naïveté, la spontanéité. Chaque chapitre relate une rencontre du petit prince avec l’aviateur qui incarne le monde sans imagination des adultes, avec le renard qui lui enseigne à aimer les choses pour les connaître, avec la rose qui lui apprend l’amour et les épines, avec le serpent qui, en le mordant, lui permet de retourner dans les étoiles.

Cette œuvre, dont on fête cette année les soixante-dix ans, a été son succès le plus populaire ; il s’est vendu à plus de cent trente-quatre millions d’exemplaires et a fait l’objet de deux cent soixante-dix traductions. Il est donc le second ouvrage le plus vendu au monde après la Bible.

On lit toujours ses aventures à l’école et même dans les messes de mariage ; il est de son époque : il a sa page facebook, sa boutique et son appli Ipad.

Cet anniversaire sera fêté tout au long de l’année par différents évènements ou manifestations : album et édition collector, table ronde et festival de cinéma à Paris, exposition à New-York.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *