Le retour de l’Aigle

5 mai 1821 : l’empereur Napoléon 1er s’éteint en exil sur l’île de Sainte-Hélène. Le gouverneur anglais ayant refusé que le corps soit redonné à la France, il est inhumé quatre jours plus tard dans la vallée du Géranium où il aimait se promener.

1840 : la concorde nationale recherchée par Louis-Philippe permet, après plusieurs démarches auprès de la reine Victoria, le retour du corps de l’empereur dont l’exil post-mortem continuait d’émouvoir l’opinion.

7 juillet : le prince de Joinville entouré des derniers fidèles de Napoléon quitte Fréjus à bord de « la Belle Poule » et de « la Favorite », au milieu d’une liesse populaire.

Le retour

Après l’exhumation et l’ouverture du cercueil, chacun retrouve l’homme mort depuis dix-neuf ans, « fort reconnaissable dans son habit vert et son grand cordon de la Légion d’honneur ». 16 octobre : la « Belle Poule » met les voiles pour la France et atteint la rade de Cherbourg le 29 novembre. Après son transfert sur le bateau vapeur « la Normandie » jusqu’au Havre, le catafalque est transporté sur « la Dorade », petit bateau peint en noir, décoré d’aigles dorés pour l’occasion et pouvant passer sous les ponts. Puis c’est la remontée de la Seine, escorté par deux autres vapeurs.

13 décembre : le convoi fluvial atteint notre région. Le froid est vif, le vent du nord-est est glacial, il fait -14°, la Seine charrie de gros glaçons. Faisant craindre que le transport par eau ne devienne impossible, le mouvement est accéléré et l’horaire du passage modifié. Malgré cette avance, partout la foule se presse sur les bords du fleuve, saluant et applaudissant. Dans les villes et villages traversés, les cloches sonnent, les tambours se déchaînent…

A Vernon, deux cents hommes de la garde nationale ont fait plus de huit lieues pour venir lui rendre un suprême hommage ; à Vétheuil, seule une partie d’un bataillon a pu se réunir à temps pour rendre les honneurs ; les quais de Mantes sont couverts de monde et de détachements de gardes nationaux venus de tout l’arrondissement… Le lendemain, la dépouille de l’empereur arrive enfin à Courbevoie où d’anciens soldats de l’empire vont veiller leur « petit caporal » la nuit entière.

15 décembre : malgré le froid intense, environ huit cent mille personnes se pressent entre le pont de Neuilly et les Invalides. Avant de rejoindre sa dernière demeure, le cercueil hissé sur un char passe sous l’Arc de Triomphe achevé en 1836, descend les Champs-Elysées et se dirige vers les Invalides où le catafalque, en présence du roi Louis Philippe, est placé dans la chapelle Saint-Jérôme. La volonté de l’empereur de « reposer auprès de ce peuple français que j’ai tant aimé » a pu enfin être exaucée. Il faudra attendre le 2 avril 1861 sous le Second Empire pour que la dépouille soit placée sous le Dôme où se recueillent des millions de visiteurs venus du monde entier.

Son héritage

Autant admiré que controversé, Napoléon, personnage complexe et fascinant, a façonné la France d’aujourd’hui. Reconnu pour son génie militaire, il laisse également un héritage impressionnant de créations : lycées, baccalauréat, Légion d’honneur, Banque de France, Sénat, corps préfectoral, Chambre de commerce, Cour des Comptes, Conseil des Prud’hommes… Pour les institutions : Conseil d’Etat et Code Napoléon dont la forte influence est encore présente de nos jours dans de nombreux pays. Son règne a vu aussi la construction de nombreux bâtiments : Bourse de Paris, Arc de Triomphe, colonne Vendôme, église de la Madeleine, canaux de l’Ourcq, Saint-Martin, Saint-Denis… Sans oublier la réconciliation de l’Eglise et de l’Etat français par la signature du Concordat avec le pape Pie VII en 1801.

Hommages

2021 est l’année Napoléon. Des évènements sont prévus dans toute la France pour la commémoration du bicentenaire mais aussi à l’étranger comme Waterloo et les domaines nationaux de Sainte-Hélène.

A Paris, une exposition sur la vie de l’empereur se déroulera du 14 avril au 19 septembre à la grande halle de la Villette. La billetterie est ouverte et selon l’évolution sanitaire, le report des visites ou le remboursement des entrées sont envisagés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.