Les cloches de Notre Dame

Voix des cloches, voix des anges, tintements ou volées, sont des prières vers les cieux envoyées.

 

 Notre Dame s’émerveille

« Le mois dernier, je vous ai dit que, pour mes huit cent cinquante ans, je serai très gâtée. Et bien mon super cadeau est arrivé à Paris le 31 janvier en grandes pompes : neuf cloches qui prendront place dans ma tour nord, le 23 mars, veille des Rameaux. 

Après leur traversée de Paris, entourées d’un peloton de gendarmerie et sous le regard étonné mais aussi émerveillé des passants, elles ont franchi le Pont d’Arcole, tandis que le vieil « Emmanuel », le gros bourdon, seul rescapé de la Révolution, s’est fait entendre comme un grand-père accueillant ses petits-enfants. Huit arrivaient de Villedieu-les-Poêles en Normandie pour prendre la place de leurs quatre ancêtres du XIXe siècle, vouées à la fonte et descendues le 17 février 2012. Elles ont nom : Jean-Marie, Maurice, Benoît-Joseph, Etienne, Marcel, Denis, Anne-Geneviève et Gabriel. Quant au petit bourdon « Marie », seulement six tonnes d’airain, c’est au Luxembourg qu’il est né et ce sont le grand-duc et la grande- duchesse de ce pays qui en sont parrain et marraine.

Mais peut-être ne le saviez-vous pas, les cloches, dont la vocation est d’appeler les fidèles à la prière et par extension de sonner les grands moments de notre histoire, ne sont pas simplement bénites mais « baptisées ». A Notre Dame, le 2 février, en la fête de la Présentation de Jésus au Temple, les miennes ont reçu chacune l’onction baptismale avec pour parrain et marraine, un adulte et deux enfants selon le souhait du cardinal André Vingt-Trois qui a voulu associer des centaines d’élèves du primaire à cette belle cérémonie. Le rite du baptême des cloches est très proche de celui des petits-enfants : eau, onctions, encens et même vêtement blanc ; mais ici, comme pour dire leur joie d’être baptisée, chacune a émis son premier son, à mon grand bonheur, à celui de toute l’assemblée, de tous les gens massés à l’extérieur ou qui suivaient sur KTO la retransmission de la célébration. Bien entendu, mon orgue et la maîtrise de Notre Dame ont participé à cet événement hors du commun.

Je vous invite à venir les entendre sonner pour la première fois le samedi 23 mars à 17 h.

Un grand merci à tous ceux qui, à l’occasion de mes huit cent cinquante ans, ont « mis au monde » mes neuf enfants et à ceux qui ont œuvré pour rendre cette fête inoubliable. Longue, très, très longue vie à mes carillons car leur vocation est d’inviter à la prière et à célébrer de grands événements comme ce sera le cas lorsque la fumée blanche sortira de la chapelle Sixtine pour annoncer au monde : « habemus papam » !

Vous pouvez nous retrouver sur le site NotredamedeParis2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *