Les Fake News

Vous en avez tous rencontré… les fake news, en français « informations truquées » ou infox, sont des informations mensongères diffusées dans le but de manipuler ou de tromper le public. Elles peuvent émaner d’un ou de plusieurs individus, par le biais de médias non institutionnels comme les blogs ou les réseaux sociaux d’un ou de plusieurs médias, d’un homme d’État ou d’un gouvernement. Elles circulent dans les médias et surtout sur Internet, et sont beaucoup moins inoffensives que les poissons d’avril…

Des exemples :

  • Emmanuel Macron se rend au fort de Brégançon pendant le confinement : fake news ! Contrairement à ce qu’indiquent plusieurs publications, le président de la République n’était pas en villégiature au fort le samedi 4 et le dimanche 5 avril. Les photos ou vidéos publiées sont authentiques, mais datent de plusieurs mois ou années
  • La photo du visage tuméfié de Ben Laden publiée juste après sa mort en 2011 dans le Figaro et Le Parisien : fake news ! C’est en fait un photomontage de Ben Laden fait à partir du bas du visage du leader et du haut du visage d’un homme ensanglanté et déformé, déjà présent dans les archives de Reuters en 1998.
  • Un enregistrement vidéo d’un discours de Barack Obama insultant Donald Trump : fake news ! Les mots ont été mis dans la bouche de Barak Obama par le site d’information BuzzFeed, avec le concours de l’acteur américain Jordan Peele. Cette vidéo avait justement pour but d’illustrer le phénomène des « deep fakes » (cf. ci-dessous).

Quelques réflexes simples et de bon sens peuvent vous aider à démêler le vrai du faux :

  1. Partez du principe qu’une information transmise par un inconnu sur Internet ou les réseaux sociaux est globalement plus fausse que vraie. Avant de transmettre une information, vérifiez-la…
  2. Ce n’est pas parce que c’est une image ou une vidéo que c’est une preuve formelle. Sortie de son contexte, on peut lui faire dire ce qu’on veut. Elle peut aussi être manipulée, retouchée… pour dénaturer le message d’origine. C’est le cas des « deep fake » ou hyper truquage, technique de manipulation d’images qui consiste à superposer des fichiers audio et vidéo existants sur d’autres vidéos (par exemple : le changement de visage d’une personne sur une vidéo). Cette technique peut servir à créer des fake news, des canulars malveillants et est également notoirement utilisée pour créer des images pornographiques de personnes à leur insu. Dans le même genre, vous avez aussi le « deep voice » : 20 mn d’enregistrements sonores permettent de reproduire la voix de quelqu’un et lui faire dire n’importe quoi (comme dans le cas de Barak Obama ci-dessus)
  3. Votre bon sens et votre instinct sont vos meilleurs alliés : examinez les détails des images. Les vêtements des gens, les paysages, le mobilier urbain, les enseignes, les panneaux routiers ou publicitaires… Des indices se cachent partout.
  4. Analysez le contexte de l’image ou de la vidéo. Pour une image, où a-t-elle été prise et à quelle date ? Les photos contiennent des données cachées très utiles qui comprennent notamment la date de la prise de vue, la marque de l’appareil, le format du fichier… Pour les consulter, faites un clic droit sur l’image puis consultez les propriétés avancées. Pour les vidéos, regardez-les image par image, faites des copies d’écran de la vidéo pour les utiliser dans la recherche Internet comme des photos.
  5. Renseignez-vous sur l’auteur. Il est souvent identifié, au début ou à la fin d’un article, par son nom ou par ses initiales ou parfois sous un pseudonyme ou pour un organisme. Quelle est sa légitimité ? Est-il un expert ou non sur le sujet ? Certains sites proposent même d’accéder, via un lien hypertexte, à sa biographie et à sa bibliographie. Quel est son objectif : relate-t-il des faits ou exprime-t-il son opinion ?
  6. Vérifiez à plusieurs et lisez les commentaires sur Internet. Lorsque toutes les télévisions du monde diffusaient l’image truquée de la mort de Ben Laden, ce sont les internautes qui ont retrouvé les 2 photos ayant servies à réaliser ce montage.
  7. Vérifiez facilement, grâce à Google, si l’image n’a pas déjà été partagée auparavant et trouvez-en la source. Cela vous permettra de savoir rapidement si une photo n’a pas été prise plusieurs années auparavant, ou dans un autre pays, dans une toute autre situation. Il suffit de faire une recherche d’image inversée en procédant ainsi :
    1. Rendez-vous sur images.google.com
    2. Cliquez sur l’icône de l’appareil photo dans la barre de recherche
    3. Importez l’image ou entrez l’url de l’image trouvée sur internet
    4. Lancez une recherche par image.

Pour les vidéos, il existe un outil similaire, créé par Amnesty International, vous permettant simplement de copier le lien d’une vidéo YouTube. Attention, cela ne fonctionne que pour les vidéos postées sur YouTube.

Ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui, entreprises et états mènent une guerre sans merci sur le terrain informationnel. De plus, les progrès de l’informatique et de la puissance de calcul des ordinateurs facilitent la production de désinformation.

Alors, cultivons notre esprit critique, apprenons à discuter régulièrement avec ceux avec qui nous ne sommes pas d’accord et suivons l’actualité de ceux qui ont pour mission de vérifier l’information (les fast-checkers en anglais).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *