Les journées européennes du patrimoine

Pour permettre aux habitants de la France de se cultiver tout en profitant d’un accès libre à tous les monuments publics, c’est le 23 septembre 1984, à l’initiative de Jack Lang ministre de la Culture, que fut lancée la première « Journée portes ouvertes dans les monuments historiques ».

Succès immédiat !

Devant cette réussite, Jack Lang propose d’étendre l’initiative au niveau européen au cours de la deuxième conférence du Conseil de l’Europe entre les ministres responsables du patrimoine architectural. Pays-Bas, Luxembourg, Malte, Ecosse, Belgique et Suède organisent rapidement des journées similaires en 1985. Puis le Conseil de l’Europe institue officiellement des « Journées Européennes du Patrimoine » en apportant son soutien dès 1991. L’année suivante, la manifestation passe de un à deux jours.

Vingt-quatre pays participent à ces journées en 1993. Deux ans plus tard, dix états supplémentaires s’associent à cette manifestation culturelle : treize millions d’Européens visitent ainsi vingt-six mille monuments ouverts pour l’occasion. Depuis une vingtaine d’années, malgré la qualification de journées européennes, la Turquie et Taïwan ont rejoint les quarante-huit nations participant déjà à l’évènement.

Un patrimoine riche et varié

Ces journées sont un moment privilégié permettant aux Français de visiter leur patrimoine national : monuments, églises, théâtres, châteaux, musées, lieux de pouvoir mais aussi demeures privées, sites archéologiques, espaces naturels, parcs et jardins, … toutes sortes de bâtiments habituellement fermés au public ou peu fréquentés par lui.

A Paris, ces deux journées dénotent d’un succès impérieux dû à la richesse irréfutable de la capitale. Outre les monuments historiques, Assemblée nationale, ambassades, ministères… font parties des endroits les plus visités, sans oublier quelques lieux insolites comme France télévision, la Maison de la Radio, les coulisses du métro parisien et du Crazy Horse, fameux cabaret connu dans le monde entier. Mais indéniablement et malgré de nombreuses heures d’attente, l’Elysée est la star de ces journées. L’envers du décor du palais attire plus d’un visiteur avec pour certains, l’occasion de rencontrer pour un instant le président de la République.

Les villes de nos autres régions ne sont pas en reste pour présenter au public leur patrimoine ayant participé à l’histoire de la commune, aidées en cela par de plus en plus de propriétaires privés.

Prendre soin de son patrimoine

Avec le temps, nos richesses culturelles se dégradent et la plupart de nos édifices ont besoin de rénovation. Lancé en 2017 et nommé « Mission Bern », le loto du patrimoine vise à financer la rénovation de monuments dans toute la France en achetant des tickets de loto. En 2019, les Français ont bien répondu aux besoins de financement pour ces bâtiments. Vingt-cinq millions d’euros ont été récoltés au profit de la fondation du patrimoine dont Stéphane Bern tient les commandes.

Il est primordial de conserver les traces et le témoignage d’un pays. L’an dernier, plus de douze millions de visiteurs dans tout l’hexagone ont pu découvrir des lieux uniques et prendre connaissance de notre passé et de notre identité.

Rendez-vous cette année encore les 19 et 20 septembre prochain.

Geneviève Forget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *