L’UNESCO

United Nations Educational Scientific and Cultural Organization est une agence spécialisée dépendante de l’ONU, créée pour l’éducation, la science et la culture. Sa mission est de contribuer à l’édification d’une culture de la paix, à l’éradication de la pauvreté, au développement durable et au dialogue interculturel par l’éducation, les sciences, la culture, la communication et l’information.

Pourquoi l’UNESCO ?

Dès 1942, en temps de guerre, les gouvernements européens qui affrontaient l’Allemagne nazie se réunirent à Londres pour une conférence des ministres alliés de l’éducation (CAME). La Seconde Guerre mondiale était loin d’être terminée mais ces pays cherchaient des moyens pour reconstruire leurs systèmes éducatifs une fois la paix rétablie. Très rapidement, le projet a pris de l’ampleur puis une dimension universelle. A la fin de la guerre, sur proposition de la CAME, une conférence des Nations Unies pour la création d’une organisation créative et culturelle s’est déroulée à Londres du 1er au 15 novembre 1945 ; quarante-quatre pays y étaient représentés.

Composition

Présidé par la française Audrey Azoulay, ancienne ministre de la Culture, le siège est situé dans le 7ème arrondissement parisien. La conférence générale se compose des représentants des Etats membres de l’Organisation. Le gouvernement de chaque Etat membre nomme au plus cinq représentants choisis après consultation avec le comité national, s’il en existe, ou avec les institutions et corps éducatifs, scientifiques et culturels.

L’UNESCO a adopté une stratégie qui vise à renforcer la capacité des Etats membres à prévenir et atténuer la perte de patrimoine culturel résultant de conflits ou de catastrophes naturelles et à incorporer la protection de la culture dans l’action humanitaire et les stratégies sécuritaires.

Qu’est-ce-que le patrimoine mondial de l’UNESCO ?

Le patrimoine mondial ou patrimoine de l’humanité désigne un ensemble de biens qui présentent une valeur universelle exceptionnelle justifiant leur inscription sur une liste établie par le comité de cette organisation. L’inscription d’un bien sur cette liste et les obligations qui lui sont attachées découlent d’une convention internationale de l’UNESCO. Celle-ci ne porte que sur des éléments bâtis par l’homme ou constituant naturellement un paysage.

Comment est financé l’UNESCO ?

Destiné à subventionner les activités demandées par les Etats parties, le fonds du patrimoine mondial dispose d’environ 1.5 milliards de dollars par an provenant des contributions des Etats parties et de dons privés.

Les principaux objectifs de l’UNESCO :

  • réduire de moitié la proportion de la population vivant dans l’extrême pauvreté, assurer l’éducation primaire universelle, éliminer les disparités entre les sexes dans l’éducation, combattre les maladies graves (sida, malaria…), favoriser le développement durable (poursuivre le développement économique tout en respectant l’environnement) ;
  • dans le domaine de l’éducation: développer la protection et l’éducation de la petite enfance, améliorer l’accès à l’école avec une scolarité gratuite pour tous les enfants, augmenter sérieusement les opportunités d’apprendre pour les jeunes et les adultes, améliorer de 50 % le niveau d’alphabétisation des adultes ;
  • dans le domaine de la culture: la convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel est fondée sur l’idée que certains sites ont une valeur universelle exceptionnelle et doivent donc faire partie du patrimoine commun de toute l’humanité. La protection du patrimoine mondial est donc le devoir de tous.

La liste du patrimoine mondial

Cette liste est composée actuellement de plus de huit cents sites naturels et culturels, du Taj Mahal en Inde à la vieille ville de Tombouctou au Mali et à des merveilles naturelles comme la Grande Barrière de corail en Australie.

La France compte trente-huit sites inscrits sur la liste (4ème position mondiale) dont les rives de la Seine à Paris, la vallée de la Loire, le golfe de Porto… La promenade des Anglais à Nice, le phare de Cordouan (Les Echos n°595 – novembre 2021) et la ville de Vichy sont les derniers sites français classés en 2021.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.