L’UNIVERS A-T-IL ÉTÉ CRÉÉ ?

En janvier, des scientifiques ont publié une carte du rayonnement fossile de l’univers à ses tout débuts (380.000 ans), à partir de mesures obtenues au moyen du satellite européen Planck. L’univers est vieux de 13,8 milliards d’années. A l’échelle d’une vie humaine, ces 380.000 ans équivalent à la première journée d’existence du nouveau-né. Comprendre comment tout a commencé intéresse la science, mais aussi la religion. En résulte-t-il des discours identiques ?

 L’univers a-t-il commencé ou est-il éternel ? Cette question a reçu des réponses différentes, suivant les époques.

Au XVIIIème siècle, les myriades de corps célestes, évoluant dans une parfaite régularité, étaient vues comme une gigantesque horloge, œuvre d’un génial horloger. En ce siècle d’industrie naissante, l’idée de création se trouvait naturellement associée à celle de fabrication. L’univers avait donc un créateur et un début. Mais au siècle suivant, période de philosophie matérialiste dominante, s’est développé le mythe de la matière éternelle. L’univers aurait toujours existé et n’aurait pas de fin. Disparaissent donc l’idée de création et celle de créateur.

Tout change, de nouveau, au XXème siècle car la découverte de l’expansion de l’univers(1) oblige le monde scientifique à un retournement complet. L’univers aurait commencé sous forme d’une énergie très condensée, d’une température inimaginable. Une gigantesque explosion (le big bang) aurait marqué ses tout débuts. 380.000 ans plus tard, la température aurait suffisamment baissé pour permettre l’apparition de particules de matière et l’émission de cette lumière primordiale qui est encore visible comme rayonnement fossile et a été mesurée par le satellite Planck.

A première vue, l’univers semble donc avoir une histoire, avec un début et une fin. Mais ce serait oublier que, pour la science, le début de l’univers est aussi le début du temps. Un temps d’ailleurs élastique, relatif à la vitesse et à la gravité (pesanteur). Vue de notre planète « Terre », l’histoire de l’univers n’est peut-être qu’un effet de perspective et non une réalité cosmique indépendante de nous, humains observateurs.

Il est tentant de croire que ce que dit aujourd’hui la science confirme l’enseignement traditionnel des religions. Deux livres de la Bible (le livre de la Genèse et l’évangile selon saint Jean) parlent de création et, curieusement, l’un et l’autre débutent par la même expression « Au commencement… ». Sans nul doute, ce commencement est bien celui de l’univers observé par la science (énergie, matière, espace et temps), mais la perspective générale est très différente. Dans le texte de la Genèse, l’homme apparaît au sixième jour comme partie intégrante de la création : elle est faite pour lui (une affirmation que la science partage aujourd’hui) et on ne peut dissocier le passé et l’avenir de l’univers, non seulement de l’homme en tant qu’observateur (comme le fait la science), mais aussi de l’homme dans sa destinée spirituelle.

Accepter cette communauté de destin entre matière et esprit est nouveau pour la science, tout autant que perturbant et encore incomplètement intégré à la réflexion. La science ne sait pas étendre ses modèles mathématiques au domaine de l’esprit, bien qu’elle reconnaisse que la vie et la conscience (l’une et l’autre manifestation de l’esprit) apportent ordre et cohésion (néguentropie), là où elles agissent, alors que la matière livrée à elle-même va irrémédiablement vers toujours plus de désordre (entropie).

« Au commencement » exprimerait donc plus les racines « ontologiques » de la création de l’univers, c’est-à-dire ses fondations et son lien à « l’être », que l’histoire de ses débuts. Dans ce sens, la création ne serait pas à proprement parler un fait du passé, mais la permanence du fait créateur, lié à la puissance divine. Nous, humains, le percevons comme une succession d’instants et l’interprétons comme une histoire, incapables que nous sommes d’acquérir la vision globale du projet divin et de comprendre toutes ses modalités d’expression.

Ainsi science et religions affirment aujourd’hui l’idée de création, c’est-à-dire une intentionnalité, orientée vers l’homme, qui s’exprime dans l’univers. Mais le croyant possède une vision plus étendue que le scientifique car il intègre à la marche de l’univers l’action de l’esprit ordonnée à une finalité que la bible appelle la parousie(2), ou seconde venue du Christ.

  1. L’expansion de l’univers, théorie de Friedman, confirmée en 1929 par une découverte de l’astronome américain Hubble : la longueur d’onde de la lumière émise par les galaxies a tendance à décaler vers le rouge. L’interprétation physique de ce décalage est donnée par la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein.
  2. Parousie : l’incarnation de Jésus est la première venue du Christ, son entrée dans l’histoire. La seconde venue (ou retour) du Christ marque la fin de l’histoire, la fin des temps et la réalisation du projet divin sur l’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *