Michelin a mis des étoiles dans nos assiettes

Deux frères, André et Edouard Michelin ont lié leur nom à l’application du pneumatique démontable, d’abord à la bicyclette (1891) puis à l’automobile (1894).

Si « Michelin » est avant tout une firme de pneus dont le siège est à Clermont-Ferrand, le mot recouvre aussi le « guide rouge », annuaire gastronomique, le « guide vert », descriptif des curiosités : monuments, œuvres d’art, ainsi que les cartes routières ; tous ont le même format : 26 / 12 cm. Le premier « guide Michelin » ou guide rouge, a été créé en 1900 pour l’Exposition universelle, il y a donc cent quinze ans, par les deux frères Michelin. C’est un des tout premiers et sa couleur fut sûrement choisie pour le différencier du « guide bleu » Hachette, successeur du guide Joanne (¹).

Le premier guide Michelin avait vocation purement publicitaire, était offert pour tout achat de pneu et donnait des renseignements non seulement sur les garages, mais aussi les médecins et des plans de villes le complétaient. Dès 1907, on sortit une édition pour l’Algérie et la Tunisie. Les publicités appelées « réclames » qui étaient payantes, vont disparaître en 1908 pour assurer l’indépendance des recommandations du guide.

En 1920, on y trouve les restaurants dont la notation est donnée par les clients et les premiers inspecteurs anonymes ; on y note : « mérite un détour, vaut le voyage » ! C’est avant tout pour « consommer du pneu » mais plus question d’offrir le guide, il est alors vendu. Le passage au payant n’est pas payant pour la firme ; il reste beaucoup d’invendus. Les Michelin ne sont jamais à court d’idées publicitaires ; le surplus est alors donné aux élèves méritants lors de la distribution des prix, assurant la valorisation du guide et les acheteurs ne se font plus tirer l’oreille comme de mauvais élèves !

En 1926, est lancé le premier guide vert et comme il se doit c’est la Bretagne qui inaugure la série des régions ! C’est aussi l’année d’une forme de classification des bonnes tables avec des étoiles. Au point de départ, il s’agit seulement de l’axe Paris-Lyon-Marseille, mais le maillage de toute la France va se faire peu à peu et en 1930, on trouve une bonne table tous les dix kilomètres comme dans le guide Kléber.

En 1940, les Allemands se servent du guide Michelin pour faciliter leur invasion et en 1944, comme ils ont supprimé la quasi-totalité de la signalisation routière, on imprime aux USA la dernière édition du guide (1939) pour l’armée de la Libération,… non pour les restaurants mais pour les plans de villes.

En 1997, nait le « Bib gourmand » qui signale les repas soignés à petit prix, de même sera le Bib hôtel pour l’hébergement. Bib pour Bibendum devenu la mascotte de Michelin. Son histoire est originale : imaginez à l’entrée du stand de la firme à l’Exposition internationale et coloniale en 1894 à Lyon, un entassement de pneumatiques « avec une tête et des bras cela ferait un bonhomme » ! Le dessinateur O’Galop fera le reste en lui faisant brandir une coupe remplie de débris de verre et de clous. Curnonsky,  le célèbre gastronome, lui donne son nom : « Bibendum, puisque Michelin boit tout, même l’obstacle » Le bonhomme Michelin est finalement né au Salon de l’auto de 1898 avec sa légende « Nunc est bibendum », (²) là il ne s’agit pas de champagne, c’est le pneu qui boit l’obstacle. Bibendum ou le bonhomme Michelin sera conjugué de mille et une manières car la firme a toujours su communiquer.

 

  1. Géographe et journaliste, Adolphe Joanne avait aussi fondé en 1843 « l’Illustration ».

  2.  « Maintenant il nous faut boire ».

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *