Réunion des distributeurs du 5 avril 2014

Un magnifique soleil, une ambiance très conviviale,  de joyeuses  « retrouvailles », c’est la meilleure recette pour la journée des distributeurs. Le 5 avril donc, nous nous sommes tous retrouvés dans les salles paroissiales de Meulan pour évoquer la vie de notre journal.

Le  Père Fournier a tenu à féliciter les participants pour le  travail qu’ils accomplissent  afin que soit maintenue la diffusion du journal  et par là-même, sa vie ; il tient à les remercier pour leur tâche de « messagers ».

Jannick Denouël ouvre la séance en souhaitant la bienvenue à tous,  remerciant  les distributeurs de leur présence et de leur travail ;  comme chaque année, seront évoqués la distribution, la vie du journal, la publicité, les abonnements, la situation financière et les questions diverses.

La distribution

Les distributeurs de chacune de nos huit communes se sont présentés ;  cent quarante personnes environ sont en charge mensuellement de la distribution des journaux dans toutes les boites aux lettres ; on compte notamment trois nouveaux distributeurs répartis sur Juziers, Hardricourt et Vaux.

Jean Bosson, gestionnaire de la base de données et responsable de la coordination, donne des explications relatives à la fiche de distribution remise chaque mois à chacun afin de leur faciliter la tâche : abonnés à distribuer, abonnés à poster… Il rappelle que quatre secteurs sur Meulan sont actuellement sans distributeurs. Guy François suggère qu’une lettre d’appel soit remise aux distributeurs des quartiers concernés afin qu’ils la distribuent avec le journal. Par ailleurs, une annonce est parue dans le numéro d’avril.

Il présente le nouveau sac de distribution blanc et noir avec le logo du journal ;  la remise  en est faite aux personnes présentes, les absents  recevront  le leur avec le numéro d’avril par l’intermédiaire des correspondants  de secteur.

La vie du journal

Yves Maretheu précise que nous sommes en recherche d’une meilleure présentation du journal qu’il est difficile à prévoir du fait qu’elle est  dépendante du nombre de pages, 8 ou 10, lui-même tributaire  du nombre d’articles et de la place variable des publicités ; en effet, certaines annonces ne paraissent pas obligatoirement chaque mois.

Nous continuons, en collaboration avec notre imprimeur, à travailler le sujet.

Il évoque le site Internet, remerciant Daniel Pasquiet et Agnès Lobut pour leur collaboration. Dans l’année, le site a reçu plus de 4 500 visiteurs. Il offre aujourd’hui 160 articles qui sont consultés en moyenne entre 30 et 70 fois par mois.

Des adaptations sont à envisager comme par exemple : étudier la possibilité de faire paraître des articles anciens (de plus de deux ans).

A signaler, deux nouveaux rédacteurs dans la page « Chercheurs de Dieu » : le père André et Georges Moriceau. Yves précise que nous sommes toujours à la recherche de rédacteurs.

La publicité

Michèle Maretheu présente le bilan de la publicité ; du fait de la « crise »,  en 2013 nous n’avons atteint que 375 cm /colonne soit moins que les 400  cm/colonne nécessaires à l’équilibre financier. A ce jour, nous ne comptabilisons  que 331 cm/colonne, chiffre inférieur à celui de l’année précédente à la même période.

Michèle ainsi que Marie-Geneviève Portzert rencontrent beaucoup de difficultés à maintenir le nombre d’annonceurs . C’est primordial car la vie du journal est plus tributaire des annonces que des abonnés.

Les abonnements

D’année en année, ils sont en baisse ; à ce jour, nous en sommes à 282 abonnements.

Les finances

Patrick Schweblin présente le bilan financier. En 2013, les recettes se partagent entre 76 %  pour les annonceurs, 20 %  pour les abonnés ; les subventions sont assurées par les huit communes du secteur pastoral.

Les dépenses représentent 90 % du budget, principalement dues au coût de l’imprimerie. En 2013, nous avons eu un excédent de dépenses de 950 €.

Après avoir répondu aux diverses questions et  un échange de points de vue, les participants sont invités à la traditionnelle tombola, suivie du pot de convivialité.

A l’année prochaine.

Françoise Petit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *