Un rêve

Dans ma vie j’ai fait de nombreux rêves, comme chacun, mais parmi ceux-ci certains se sont gravés dans ma mémoire en se mêlant aux souvenirs de tant d’évènements vécus.

Parmi ces rêves, l’un d’entre eux me revient souvent à l’esprit : je suis quelque part en France dans une ville ou un village, je ne saurais vous dire où, et l’on venait d’apprendre que l’église allait être détruite sans qu’il soit question de la remplacer.

Pourquoi ? Cela n’était pas précisé. Peut-être n’y avait-il plus de prêtre pour la desservir, plus assez de fidèles pour s’en occuper et l’entretenir ou je ne sais quelles autres raisons. Je savais simplement que sa destruction était imminente. Il me semblait donc urgent de m’y rendre avant que tout ce qui me liait à cet édifice ne soit effacé.

Je partis donc vers la place où elle se trouvait ; à mon grand étonnement, des personnes arrivaient de chaque rue que je traversais dans un profond silence et bientôt ce fut une foule innombrable qui entoura l’église ; on aurait pu croire que tous les habitants étaient là. C’est alors que se termina mon rêve.

Quand je pense à ce rêve, surtout quand je me trouve dans l’une des églises qui furent à un moment de ma vie « mon église » se déroulent devant moi tant d’évènements qui marquèrent ma vie et celle de tous ceux qui m’ont entouré dont la mémoire ne s’efface pas.

Comment ne pas être profondément ému et plein d’admiration devant nos églises, dirigées vers Jérusalem, aussi belles que les moyens locaux le permettaient, témoignages à travers les âges de la foi mise par leurs constructeurs pour honorer par leur travail le Seigneur et laissant dans tout notre pays un véritable musée de notre histoire de l’art.

Comment ne pas se souvenir que pendant des siècles nos églises gardèrent en leur sein tous les documents de la vie de nos ancêtres et qu’aujourd’hui pour tous les catholiques, elles conservent toujours les traces de leur vie religieuse depuis leur baptême.

Comment oublier que les cloches de nos églises pendant longtemps ponctuèrent l’écoulement des heures, appelèrent à la prière et que leur battement aujourd’hui encore accompagne les évènements tristes et joyeux de notre vie. Comment ne pas considérer l’église de nos villes et villages comme un véritable cœur du lieu qui marque tout notre paysage. Comment ne pas aimer nos églises, les honorer, tout faire pour les conserver et pouvoir y trouver, pratiquants ou non, un lieu de réflexion et de prière comme cela fut pour tant de nos ancêtres.

Les belles églises de notre secteur pastoral ont toutes une histoire dont la connaissance devrait être intéressante pour tous. Les Echos de Meulan ont contribué à faire connaitre l’histoire de chacune d’elles et poursuivront dans cette voie.

C’est ainsi que mon rêve pourrait un jour aboutir à une réalité et voir tous les habitants de nos cités attachés à leur église et tout faire pour la conserver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *