Un seul Dieu ou trois Dieux

La Trinité divine a, depuis toujours, été au centre de débats théologiques importants entre chrétiens, mais constitue aussi un point de confrontation avec l’islam et la religion juive qui prônent un monothéisme rigoureux. Certains de leurs adeptes n’hésitent pas à accuser les chrétiens de polythéisme, car ces derniers font référence à trois personnes divines : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Qu’en est-il ? Nous, catholiques, avons-nous trois Dieux ou un seul ?

Parler de Dieu n’est pas si simple. Dieu serait-il observable ?

Ce que nous savons de Lui vient du témoignage de Jésus-Christ et de maîtres spirituels dont la conscience s’est élevée jusqu’au divin. Ils ont exprimé leur expérience avec les mots et les images de leur culture et en fonction de la préparation de leurs contemporains. Il y eut progression, au cours des âges, dans cette prise de conscience collective. Le chamanisme et l’animisme, religions très anciennes, voient le divin à travers les forces multiples qui se manifestent dans la nature. Les religions antiques, entre autres celles du monde gréco-romain ou de l’Égypte, donnaient à ces forces des figures humaines ou animales. Le divin avait donc de multiples visages, en fonction de traditions et, parfois, d’intérêts locaux. C’est au 14ème siècle avant Jésus-Christ que l’unicité de Dieu a percé dans la conscience collective et est devenue un socle pour les religions nouvelles, dont le judaïsme. Certaines ont même interdit toute image de Dieu, en vue d’en préserver la transcendance et l’unicité.

Attention : dire que Dieu est unique fait seulement référence à l’organisation et au contenu du culte et ne révèle rien de Sa nature. Il faut pour cela écouter Jésus et les mystiques qui révèlent que Dieu est non seulement unique, Il est UN : en Lui tout existe et tout est en inter-relation. Il n’y a en Dieu aucune séparation, aucune partie qui pourrait avoir une existence autonome.

Cependant l’unité en Dieu peut-elle rendre compte de son rôle créateur ? Une question clé pour expliquer l’univers et le destin. Le zoroastrisme(1) fait appel à une dualité (Bien – Mal) issue du Dieu unique. Le début de l’évangile de St Jean évoque le Logos(2) et suggère aussi une dualité créatrice : le Père comme origine et le Logos comme réalisateur : «Au commencement était le Logos et le Logos était avec Dieu et le Logos était Dieu … et par lui tout a été fait …».

Cependant, Jésus (incarnation du Logos), dans son enseignement, parle du Père mais aussi de l’Esprit, révélant une trinité(3) plutôt qu’une dualité. Un aspect essentiel de la doctrine chrétienne que les premiers conciles(4) ont tenté de formuler et d’approfondir, en utilisant les concepts de la philosophie grecque, sans obtenir un consensus définitif. Entre orthodoxes et catholiques, le débat théologique n’est pas clos.

Ainsi, le Dieu UN se révèle TRINITÉ. Sans partitions ou séparations, mais, pour reprendre les termes de la théologie catholique, si remarquablement précis, avec « trois hypostases »(5) distinctes dont la distinction réside dans la référence des unes aux autres ». Parce qu’elles ne divisent pas l’unité divine, la distinction réelle des personnes entre elles réside uniquement dans les relations qui les réfèrent les unes aux autres ». (Catéchisme de l’Église catholique §252 et 255).

Comment peut-on distinguer si on ne peut diviser ou séparer ? Eh bien, imaginons un instant l’océan immense comme figure de la globalité et de l’unité divines. Il n’est pas statique. Des courants s’y forment, créant une distinction réelle dans les eaux (que tout marin apprend à connaître), pourtant sans aucune séparation. Ce n’est qu’une image, bien imparfaite …

Cette compréhension de la Trinité, issue de la Révélation, permet aux catholiques d’affirmer, sans restriction aucune, l’unicité et l’unité de Dieu et de baptiser au Nom (au singulier) du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

1 – Zoroastrisme ou mazdéisme : ancienne religion de l’Iran, monothéiste, religion actuelle des Parsis de l’Inde.

2 – Logos (Parole, Verbe) : terme issu de la philosophie grecque (prononcer logosse). Saint Jean affirme que Dieu parle. Sa parole est son hypostase (voir 5), sa Parole créatrice, aussi puissante que Lui-même.

3 – A noter que le terme  » trinité  » n’est pas utilisé dans les évangiles. La science, dans son effort pour modéliser la Réalité, utilise aussi, mais sous d’autres appellations, les notions d’unité, de dualité et de trinité. Convergence remarquable avec l’expérience mystique, qui confirme le sentiment du croyant que la nature de Dieu se reflète dans Sa création.

4 – Conciles de Nicée en 325 et de Constantinople en 381.

5 – « Hypostase » est le terme grec utilisé par les conciles. Traduit en latin par  » persona  » : masque du théâtre antique. Aujourd’hui, en français,  » personne  » signifie  » individu « , bien loin du sens théologique initial et ceci crée une grande confusion. L’hypostase constate le passage de la puissance à l’acte, de l’essence à l’existence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *