Vitrail, image, langage … sans paroles

Hormis les besoins de fermer de grandes baies lors de la construction des édifices gothiques, le vitrail assemblant plusieurs images est porteur de messages voire même créateur d’ambiance.

Dès les IVème et Vème siècles, on observe dans des églises des ouvertures occultées par des motifs en très fines feuilles d’albâtre serties dans des cadres en bois. A partir du Xème siècle, arrive en Occident la technique du vitrail au plomb, plus souple d’utilisation et qui résiste mieux à l’humidité. Les plus anciens personnages peints intacts sont les cinq prophètes du vitrail d’Augsbourg (1110-1130) qu’on peut encore admirer aujourd’hui.

Du XIème au XIIème siècle, le style roman utilise des petits vitraux en assemblage de médaillons carrés ou circulaires, bordés de riches motifs végétaux. Les ouvertures deviennent, avec l’architecture gothique, de plus en plus grandes et les peintres-verriers vont proposer des créations de plus en plus audacieuses. Les vitraux, considérés comme des supports imagés pour l’instruction religieuse, deviennent alors une « Bible illustrée » pour ceux qui ne pouvaient avoir accès au texte comme l’écrivait le pape Grégoire le Grand : « L’art de la peinture est utilisé dans les églises pour que ceux qui ne savent pas lire apprennent sur les murs ce qu’ils ne peuvent apprendre dans les livres ».

Pour que le message soit compris, il faut qu’il soit lisible et l’image obéit donc à un certain nombre de codes, de symboles. L’auréole désigne le saint, la palme le martyre, la couronne le roi, la mitre ou la crosse pour l’évêque, la clé pour saint Pierre, le flacon de parfum pour Marie-Madeleine. Saint Denis porte sa tête sous le bras, saint Paul tient une épée… Mais la lecture d’un vitrail ne s’arrête pas là ; il faudra aussi considérer les rapports entre les personnages, leur situation par rapport au centre de l’image, la signification des gestes… Tout comme une phrase est constituée de mots (à déchiffrer) une image est composée d’éléments (à déchiffrer).

Il y aurait encore beaucoup à écrire, mais l’image valant plus que les mots, une visite accompagnée dans les lieux (églises ou cathédrales) est encore plus explicite et l’on trouve beaucoup d’endroits consacrés au vitrail :

  • le Centre international du Vitrail à Chartres, 5 rue du Cardinal Pie 28000 Chartres,
  • la Cité du Vitrail à Troyes (ouverture au printemps 2022) qui propose même sur son site une application « Route du vitrail » en Aube,
  • la Maison du Vitrail, 69 rue Desnouettes 75015 Paris,
  • le Musée du Vitrail de Grand Poitiers, 6 route de Sanxay 86600 Curzay-sur-Vonne,
  • le musée de Cluny (vitraux de la Sainte-Chapelle), 28 rue Du Sommerard 75005 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.