Wake up Rosetta !

 Fin janvier, vous avez peut-être entendu parler de ROSETTA ?

ROSETTA, c’est cette sonde de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), lancée en 2005 pour rejoindre la comète Tchourioumov-Guérassimenko « 67P » en 2014… Après un sommeil de neuf cent cinquante-sept jours destiné à économiser son énergie, la belle au bois dormant s’est réveillée toute seule le 20 janvier dernier, à 807 225 000 km de la terre soit plus de cinq fois la distance terre-soleil.

Quelle est la mission de ROSETTA ?

La mission de ROSETTA, qui fait évidemment référence à la pierre de Rosette, est d’aller observer au plus près ce qui se passe sur une comète pour déchiffrer les origines du système solaire. Une fois arrivée près de la comète, un petit robot de 100 kg va se détacher de ROSETTA et atterrir à sa surface. Il s’appelle PHILAE du nom de l’île sur le Nil d’où vient l’obélisque qui a permis à Champollion de percer le mystère de la pierre de Rosette.

Quel est le lien entre la terre et cette lointaine comète ?

Pour comprendre l’intérêt d’aller si loin, il faut revenir aux origines de la terre.

Le système solaire s’est formé il y a environ 4,6 milliards d’années. Avant, c’était un gros nuage qui tournait sur lui-même. A l’heure actuelle, on s’imagine le scénario suivant : le centre du nuage est devenu de plus en plus dense et chaud, jusqu’à créer le soleil. Ensuite les éléments plutôt lourds qui traînaient dans le nuage (comme le fer par exemple) sont restés proche du soleil et se sont agrégés pour former des planètes telluriques, comme la Terre ou Mars. Les matériaux plus légers, au contraire, ont été repoussés plus loin par la force centrifuge et ont créé des planètes gazeuses comme Jupiter. Il y a également des morceaux légers, faits de glace ou de poussières, qui n’ont pas réussi à s’agréger sur les planètes gazeuses et se sont trouvés expulsés encore plus loin. C’est ce qui forme les comètes, des petits corps de quelques kilomètres qui sont donc des vestiges des premières heures, faites de la matière originelle de notre système solaire.

Comment aller si loin ?

Pour ce faire, après avoir placé la sonde sur son orbite grâce à la fusée Ariane 5, il a fallu à quatre reprises tirer parti de la trajectoire de la sonde et de l’attraction de la Terre puis de Mars pour la placer sur une trajectoire parallèle à la comète avec une vitesse identique. (En schématisant, c’est un peu comme un objet lancé par une fronde…)

Seule sonde de l’histoire à avoir traversé et dépassé la ceinture d’astéroïdes en utilisant uniquement des panneaux solaires (pas moins de 64 m²), ROSETTA s’est mise en sommeil en 2011 pour économiser l’énergie, le soleil s’éloignant de plus en plus.

Comment s’est passé le réveil de ROSETTA ?

Parfaitement bien : le calculateur de ROSETTA, programmé pour se remettre en marche le 20 janvier, a parfaitement réussi son réveil : réchauffage de l’électronique, mise en route des instruments de navigation, des moteurs, positionnement des panneaux solaires face au soleil, pointage de l’antenne principale vers la terre et émission du premier signal témoignant de son réveil à l’heure prévue !

Quelle est la suite du programme ?

ROSETTA va maintenant se rapprocher lentement de la comète 67P. Elle diminuera progressivement sa vitesse, avant de se mettre en orbite autour de celle-ci, à quelques dizaines de km d’altitude. Le vol rapproché devrait débuter au mois de juillet 2014. Il permettra d’observer le relief du noyau et de rechercher le meilleur site d’atterrissage pour PHILAE. Ensuite le moment le plus délicat, l’atterrissage de PHILAE, est prévu le 11 novembre. Il s’agit de poser un cylindre de 1m et pesant 100 kg, sur une balle de 5 km de diamètre dont on ne sait pas si elle est dure, molle, liquide, élastique ou collante, sachant que sonde et comète filent à la vitesse de 135 000 km/h et sont situées à une distance de 675 000 000 de km du soleil. Quel challenge technique, quel défi !

 
 

Pour plus de détails, voir l’article de Gauthier Jourdain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *