La naissance de Perce-Neige

6 décembre 1965 : sur les écrans de télévision apparaît le visage de Lino Ventura. Il n’est pas venu pour la promotion de son dernier film, même si le comédien joue ce soir-là le rôle de sa vie, mais pour lancer un appel. « … J’ai pris le parti de le dire publiquement parce que j’espère de tout mon cœur que cela fera pencher la balance en notre faveur. Je suis père d’une enfant pas comme les autres. Il faut aider ces enfants pas comme les autres, soutenir leurs parents et surtout accompagner ces enfants handicapés tout au long de leur vie. Que deviendront-ils lorsque leurs parents ne seront plus là ? » Puis la voix chargée d’émotion et les yeux droits dans la caméra : « Ce n’est pas de la pitié dont ils ont besoin, mais de chaleur humaine… ». Lino en appelle à la générosité des Français car il veut construire un centre pilote qui permettra la prise en charge de ces enfants.

Quelques années plus tôt

Né en 1919 à Parme, Angiolino Giuseppe a huit ans quand il fuit l’Italie fasciste avec sa mère pour se réfugier en France. Adepte de la lutte gréco-romaine, il sera champion d’Europe dans la catégorie poids moyens en 1950 et c’est par hasard qu’il devient acteur en 1953, donnant la réplique à Jean Gabin dans « Touchez pas au grisbi ». Il tournera dans soixante-quinze films dirigés par les plus grands réalisateurs de l’époque. Il se marie en 1942 avec Odette, une amie d’enfance et auront quatre enfants. Mais leur fille Linda, victime d’un accident vasculaire cérébral à la naissance, restera lourdement handicapée. Lino et son épouse se battront toute leur vie pour faire reconnaître les droits des personnes « pas comme les autres ».

Les Français se mobilisent

Touchée par la sincérité et l’engagement de l’acteur, l’appel de Lino a profondément marqué l’opinion publique et a permis de lever le voile sur un sujet dont les médias ne parlaient guère à l’époque. Ses amis du métier se mobilisent comme Jean Gabin et Jeanne Moreau relayant son message, Georges Brassens donnant un concert au théâtre des Champs Elysées… et la générosité des français suit : deux millions de francs sont récoltés (soit plus de 300 000 €). Cinq mois plus tard, Lino et Odette Ventura fondent Perce-Neige.

Dès 1966, les associations existant dans le domaine du handicap reçoivent de l’aide grâce aux dons du grand public. 1975 voit la publication de la loi d’orientation en faveur des personnes handicapées. Deux ans plus tard, Perce-Neige fut reconnue d’utilité publique et, en 1982, non sans difficulté de la part des habitants de Sèvres, la première maison Perce-Neige est inaugurée. Le premier foyer d’accueil médicalisé (FAM) pour handicap mental sévère vit le jour à Colombes en 1997, suivi en 2002 à Bois-Colombes, de la première maison d’accueil spécialisée (MAS) pour personnes largement dépourvues d’autonomie ; et c’est en 2009 qu’une maison de vacances adaptée fut ouverte à Nyons dans la Drome.

Le combat continue

Victime d’un infarctus, Lino décède le 22 octobre 1987. Son épouse assure la présidence avant de la laisser à son petit-fils en 1995. Christophe Lasserre-Ventura poursuit le combat initié par son grand-père dans les respects des valeurs de son fondateur.

Il existe une quarantaine de maisons Perce-Neige en France. Aujourd’hui, dès leur plus jeune âge, les enfants sont mieux accompagnés et pour les adultes non reconnus aptes au travail, différents types d’établissements peuvent les accueillir et leur proposer un accompagnement personnalisé et des activités adaptées. Ils apprennent ainsi à faire quelque chose de leurs mains pour qu’ils soient réinsérés dans la société.

Suprême reconnaissance de cette vocation à apporter un soutien aux familles touchées par le handicap et favoriser aussi la recherche scientifique et médicale, l’association Perce-Neige est devenue fondation Perce-Neige en 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *