JULIEN CRESPO, maire de Vaux

Merci Monsieur Crespo d’accueillir les Echos de Meulan à l’occasion de votre nouvelle élection de maire de la commune de Vaux-sur Seine ; nous n’avons pas besoin de vous présenter car vous êtes bien connu, non seulement de vos administrés, mais aussi de notre secteur grâce à la place que réserve notre journal à l’action municipale de nos communes et à celles des nouvelles structures administratives : communauté de communes « Vexin Seine » et d’agglomération « Seine & Vexin ».

Qu’aimeriez-vous dire tout d’abord au sujet de votre réélection ?

Une campagne électorale, c’est difficile, mais j’ai la chance d’avoir une équipe soudée.

Je suis arrivé de Corrèze à l’âge de dix ans, j’ai donc pris racine ici dès l’école primaire  et je me suis toujours impliqué dans la vie de Vaux, tant au point de vue social que culturel. On peut dire que je ne fais que ça ; je connais donc bien le cœur de cette ville !

J’ai été élu pour la première fois en 1989, avec Mme Lagier, puis maire en 1995. C’est donc mon quatrième mandat mais j’ai averti mon conseil, je ne le mènerai pas jusqu’à son terme en tant que maire ; je me retirerai dans trois ans car j’aurai alors soixante-dix ans.

Certes je n’ai pas tout réussi, mais je pense que mon bilan est raisonnable.

Quel est pour vous le plus important pour un maire ?

Vivre au milieu de ses administrés, les rencontrer le plus souvent possible et assurer une saine gestion des finances. Je suis très attentif à l’un comme à l’autre et veille très particulièrement à tout ce qui touche la gestion de nos ressources …d’autant que le salaire du personnel communal en dépend. Tout comme un bon père de famille, équilibrer les rentrées et les sorties est un devoir. J’ai un œil presque quotidien sur les comptes de la municipalité, tout en faisant confiance aux élus en charge des finances. Je ne suis pas un « aventurier financier ». Lorsque je transmettrai ma place de maire, je laisserai des finances saines.

Face à une situation nationale préoccupante, avez-vous des choix prioritaires ?

Devant l’insécurité des familles, le chômage, on ne peut pas tout faire mais dire ce qu’il est possible de faire. Je suis partisan, avant tout, de relancer l’activité dans nos communes. Il faut créer de l’activité, développer ce qui existe, ne pas se replier. Dans ce sens, plusieurs projets sont en cours de réalisation, comme un préau à l’école primaire, cela donne du travail tout en améliorant la vie des Vauxois.

Le paysage de notre région change, les communes ont été regroupées en « communauté de communes » puis « communauté d’agglomération », qu’en pensez-vous ?

Avec Meulan et Mézy, Vaux a initié la communauté d’agglomération, effective depuis novembre 2013. C’est une autre dimension. Depuis 2005, la communauté de communes « Vexin Seine » regroupait huit communes ; il s’agit maintenant avec « Seine & Vexin » de dix-sept villes et villages, d’environ soixante-dix mille habitants. La mutation est bien rapide ! Et pourtant il faut déjà penser, que dans trois ans, nous serons inclus dans la nouvelle entité « Seine aval » qui comptera cinquante et une communes et quelques trois cent mille habitants ! Dans la communauté de communes, j’avais en charge la santé mais je ne sais si je serai rétabli dans cette fonction. Les élections municipales, avec celles des représentants à la communauté d’agglomération, viennent juste de s’achever ; il faut attendre et en tout état de cause, les données vont changer avec des départs et de nouveaux élus.

(L’interview s’est déroulée le lendemain des élections municipales qui désignaient aussi les représentants des communes à la communauté d’agglomération).

Personnellement, je ne souhaite pas que la communauté d’agglomération soit politisée et si je ne suis candidat à rien, je reste attentif à tout. Pour « Seine aval » prévu en 2016, je reste vigilant, soucieux de discuter, d’expliquer.

C’est une période instable que nous traversons et les habitants n’aiment pas cela.

Merci monsieur le maire de votre accueil et de votre regard, non seulement sur votre commune mais aussi sur les nouvelles structures départementales, existantes ou en devenir. Merci aussi de m’avoir fait visiter votre belle et fonctionnelle mairie dont le financement a été, m’avez-vous dit, entièrement municipal.

 

(Propos recueillis par Ghislaine Denisot)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *