Nos meilleurs vœux pour 2022

En ce début d’année, les incontournables vœux de santé vont s’échanger, surtout en cette période où la situation sanitaire liée au Covid 19 n’est toujours pas maîtrisée. Je ne dérogerais pas à cette coutume, non pas par obligation mais sincèrement recevez l’expression de mes vœux de bonne année et de bonne santé en mon nom et au nom de toute l’équipe des Echos de Meulan.

Permettez que j’adresse des vœux particuliers aux membres du comité de rédaction, à nos cent cinquante distributeurs bénévoles et à nos annonceurs, pour l’année 2022 car en avril prochain, le journal fêtera ses 60 ans. C’est une grande fierté pour tous ceux qui participent à la vie du journal avec notre grande reconnaissance pour nos prédécesseurs.

Pour ouvrir cette année, nous avons retenu, comme thème « l’image ».

Tout d’abord avec le « En parlant avec… » Laurent Grumbach, un photographe d’Evecquemont, qui met en valeur le mouvement. De tout temps, l’être humain a voulu représenter ce qui l’entoure par des images ; ainsi, dès la préhistoire, des fresques sont peintes dans des grottes et depuis, grâce à son évolution au sein de différentes civilisations et aux progrès techniques, son développement s’est perpétué au fil des siècles. Je vous invite à découvrir ou redécouvrir l’actualité photographique en page 2, l’histoire de l’image en page 7 et la spécificité de l’Icône ainsi que l’article « à l’image de Dieu » en page 9 (« chercheurs de Dieu »).

Ne reste plus qu’à vous souhaiter d’être sage « comme des images » en 2022, non pas sage comme on pourrait le dire à des enfants mais sage au sens « sagesse », « pour qualifier le comportement d’un individu, conforme à une éthique, qui allie la conscience de soi et des autres, la tempérance, la prudence, la sincérité, le discernement et la justice s’appuyant sur un savoir raisonné ». Pour les croyants, on peut y ajouter une dimension spirituelle pour tendre vers la sagesse de Dieu.

Ne croyez-vous pas que notre monde a besoin de sagesse, ne serait-ce que pour arrêter de se juger les uns les autres, de s’invectiver, voir de s’insulter et de se harceler ? A l’inverse, la tolérance ne justifie pas de tout accepter, créant ainsi une société sans repère, sans valeur et sans limite. Remettons au centre de nos vies l’écoute, le respect et la fraternité, déjà au sein de nos familles et au-delà dans les différentes sphères de vie. Nous voyons bien que la situation sanitaire crée des tensions et en cette année électorale, des rivalités d’opinion suscitent de la violence verbale, physique et morale.

Alors soyons parmi ceux qui, grâce à leur « sagesse », aideront les uns et les autres à bien discerner et à apporter un peu de paix et de joie.

 

Yves Maretheu rédacteur en chef

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.