Seigneur, ouvre mes lèvres et ma bouche annoncera ta louange ! (Ps 50)

Chers amis,

Depuis quelques semaines, nous voilà officiellement entrés dans cette période bien connue du Carême, attendue par certains et redoutée par d’autres ! Quarante jours de préparation à la grande fête de Pâques pour ancrer nos cœurs dans la prière et le partage, pour apprendre à mieux aimer et à mieux se laisser aimer (ce qui n’est pas si simple d’ailleurs !).

Mais cette année, il a une saveur bien particulière ce Carême ! Car, s’il a bien commencé formellement le mercredi 17 février par la célébration des Cendres, il nous semble bien pourtant que dans les faits, avec cette crise qui s’éternise, nous sommes en plein dedans depuis déjà bien longtemps, trop longtemps ! Un temps long qui met à l’épreuve notre endurance et notre espérance, qui nous oblige déjà à approfondir notre relation intime et personnelle avec Dieu pour ne pas vaciller, qui interroge déjà l’exercice concret de notre charité face aux fragilités plus ou moins visibles qui commencent à exploser autour de nous.

Aussi, je vous propose cette année de ne pas en rajouter ! Dieu ne se réjouit jamais de voir souffrir son peuple et il n’est jamais indifférent à cette souffrance. Aujourd’hui comme hier, il vient nous rejoindre dans nos épreuves, prendre sur lui nos souffrances, nos doutes, nos renoncements, nos cris, nos deuils. Et il nous envoie au cœur de notre monde comme témoins de sa miséricorde, comme passeurs d’Espérance, dans la simplicité et le dénuement d’une rencontre, d’une main tendue, d’une prière partagée, nous soutenant les uns les autres pour que pas un seul de ceux que Dieu nous a confiés comme frères, ne se perde en chemin.

Voilà l’esprit dans lequel je vous propose de vivre ensemble ce Carême : nous fortifiant les uns les autres dans la Foi, l’Espérance et la Charité, cherchant ensemble les signes de sa présence et de son action au cœur de nos vies, nous exhortant mutuellement à la confiance, à la louange et à l’action de grâce et à l’exercice concret de la charité fraternelle.

Que Dieu nous bénisse tous et qu’il nous comble de toutes les grâces dont nous avons besoin pour traverser ensemble cette tempête qui met en lumière toutes les fragilités de notre monde.

Père Eric Duverdier, curé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.