A propos de Taizé

« Une parabole de communauté »

 

Aujourd’hui la communauté de Taizé rassemble une centaine de frères, catholiques et de diverses origines protestantes, issus de près de trente nations. De par son existence même, elle est une « parabole de communauté » : un signe concret de réconciliation entre chrétiens divisés et entre peuples séparés.

Les frères de la communauté vivent de leur seul travail. Ils n’acceptent aucun don. Ils n’acceptent pas non plus pour eux-mêmes leurs héritages personnels, mais la communauté en fait don aux plus pauvres.

Certains frères vivent dans des lieux défavorisés du monde pour y être témoins de paix, aux côtés de ceux qui souffrent. Dans ces petites fraternités en Asie, en Afrique et en Amérique latine, les frères partagent les conditions d’existence de ceux qui les entourent. Ils s’efforcent d’être une présence d’amour auprès des plus pauvres, des enfants des rues, des prisonniers, des mourants, de ceux qui sont blessés par des ruptures d’affection et des abandons humains.

Au fil des ans, des jeunes de plus en plus nombreux sont venus à Taizé de tous les continents pour des semaines de rencontres. Des sœurs de Saint-André, communauté catholique internationale fondée il y a plus de sept siècles, des sœurs ursulines polonaises et des sœurs de saint Vincent de Paul assument une part des tâches de l’accueil des jeunes.

A Taizé, se rendent également des responsables d’Église ; la communauté a ainsi accueilli le pape Jean-Paul II, quatre archevêques de Canterbury, des métropolites orthodoxes, les quatorze évêques luthériens de Suède et de nombreux pasteurs du monde entier.

À partir de 1962, des frères et des jeunes, envoyés par Taizé, ne cessèrent d’aller et venir dans les pays d’Europe de l’Est, dans la plus grande discrétion, pour visiter celles et ceux qui étaient cantonnés à l’intérieur de leurs frontières.

Frère Roger est mort le 16 août 2005, à l’âge de 90 ans, tué par une personne déséquilibrée pendant la prière du soir. Frère Aloïs, qu’il avait choisi comme successeur depuis de nombreuses années, est depuis lors le prieur de la communauté. Voici un de ses messages (Berlin le 31 décembre 2011) : « Nous, les frères, nous voulons simplement être là, à Taizé ou dans nos fraternités sur différents continents, persévérer dans notre vie de communauté et de prière. Par notre présence nous voudrions être de ceux auprès de qui vous trouverez toujours un soutien dans votre recherche de confiance. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *