Hier, Aujourd’hui

Un orgue alsacien à Moscou. C’est dans un parc vallonné au bord de la Moskova qu’a été lancé le chantier de Zariadié où une nouvelle salle de concert, un élégant édifice de verre, a été réalisé. L’orgue de cette Philharmonie de Moscou, œuvre de la manufacture Muhleisen (Alsace) a été inauguré le 29 février. A Moscou, les orgues sont toutes conçues par des Européens : Allemands, Slovaques ou Français. En Russie, les ateliers produisent certes de petits instruments « Nous n’avons pas le savoir-faire pour de grandes orgues, car il n’y en a pas dans nos églises orthodoxes » rappelle Olga Joukova, directrice de Zariadié, tout en insistant sur le goût des compositeurs russes « pour ce maître instrument, l’âme de la musique chère au cœur des mélomanes ». Pour la manufacture de Muhleisen, c’est un contrat historique. Au milieu des soufflets et rangées de tuyaux, Philippe Zussy s’active c’est « le plus grand orgue de ma vie » s’exclame l’harmoniste qui vient de passer six mois à régler l’impressionnante mécanique à Moscou.

La doyenne des Français. Le 11 février, sœur André a fêté son 116e anniversaire, entourée de l’affection de sa communauté et du personnel de l’Ehpad Sainte-Catherine Labouré de Toulon. Elle est la doyenne des Français et la deuxième super centenaire recensée au monde. Il n’y a que la Japonaise Tane Tanaka, âgée d’un peu plus de 117 ans, qui détient le record et peut prétendre au titre de doyenne du monde. Sœur André née Lucile Randon a vu le jour le 11 février 1904 à Alès (Gard). Elle a toute sa tête, entend suffisamment pour tenir une conversation et se souvient bien des événements de sa longue vie. Elle a connu deux guerres, trois républiques, dix papes mais elle ne voit pratiquement plus, se déplace en fauteuil roulant et regrette d’être privée de son indépendance. Elle est entrée au noviciat des Filles de la charité de saint Vincent-de-Paul à 40 ans. Elle s’occupera notamment des orphelins et des personnes âgées à l’hôpital de Vichy. A 75 ans pour sa retraite, elle se retire dans un établissement en Savoie où elle passera une trentaine d’années avant d’arriver à Toulon en 2009 à 105 ans.

« La Maison des amants », « La Maison du verger », « La Maison du navire Europe », trois superbes maisons du site archéologique de Pompéi, près de Naples dans le sud de l’Italie, ont été rouvertes au public le mardi 18 février. Fermées depuis quarante ans, elles ont fait l’objet d’importants travaux de rénovation, dans le cadre d’un ambitieux plan de « mise en sécurité », lancés en 2014 après de graves écroulements. Les archéologues à l’œuvre en ont profité pour restaurer les fresques antiques recouvertes depuis une dizaine d’années par une épaisse couche de saletés, révélant ainsi les arbres fruitiers luxuriants et les oiseaux de la maison du verger, ou le dessin d’un grand navire marchand sur les murs de la maison du navire Europe.

« L’Agneau mystique » des frères Van Eyck. Après dix ans de soins minutieux, la restauration aux deux tiers du retable de Gand a débarrassé l’œuvre des vernis et des surpeints accumulés au fil des siècles et permis de retrouver « la vivacité d’origine, la richesse des détails et la splendeur des couleurs ». Une première phase entre 2012 et 2016 pendant laquelle les restaurateurs se sont attelés aux panneaux extérieurs avant de se concentrer dans un deuxième temps sur le panneau central, l’œuvre majeure du chef-d’œuvre. Pour la troisième phase, ce sera au tour du registre supérieur des volets intérieurs, celui du Christ Roi, entre la Vierge et Jean-Baptiste, d’être restauré, mais seulement entre 2021 et 2024. Le retable achevé en 1432 a été commencé par Hubert Van Eyck et terminé par son frère Jan Van Eyck après la mort d’Hubert en 1426. Une exposition a lieu du 1er février au 30 avril au musée des Beaux-Arts de Gand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *