Les roses de SAADI

Le temps est très souvent le père de l’oubli,
Des personnes aimées, d’illustres disparues… :
Quidonc publie encor dans journaux et revues
Desœuvres qui jadis étaient des plus connues
Et qui n’ont de nos jours aucunement vieilli…
Tel ce magnifique poème de Mme Marceline Desbordes-Valmore (1786-1869)
 
LES ROSES DE SAADI
J’ai voulu ce matin te rapporter des roses,
Mais j’en avais tant pris dans mes ceintures closes
Que mes nœuds trop serrés n’ont pu les contenir
Les nœuds ont éclaté. Les roses envolées
Dans le vent, à la mer, s’en sont toutes allées,
Elles ont suivi l’eau pour ne plus revenir,
La vague en a paru rouge et comme enflammée.
Ce soir ma robe encore en est toute embaumée
Respires en sur moi l’odorant souvenir.
Marceline Desbordes-Valmore

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *