Je t’attendrai

Après plusieurs poèmes de mon cru et pour ne pas vous infliger ma seule littérature, c’est à la revue « Les poètes du dimanche » et à monsieur Pascal Lecordier, résidant à Ecully (Rhône), que je vais aujourd’hui donner la parole avec ce superbe poème d’amour :

 

Je t’attendrai plus loin que le fleuve du temps.
La crue de mon amour abreuvera la terre,
Abreuvera ton corps tel un divin mystère
Bien au delà du lieu où mon esprit se tend.
Je t’attendrai plus loin que le bout du chemin
Qui enjambe le doute aux lacets de nos routes.
Même si ma main tremble et si mon dos se voûte
Je serai sentinelle en habit de carmin.
Je t’attendrai plus loin que le rêve ne peut.
Aux frontières des cœurs où nos âmes se mêlent,
Et dans cet inconnu sans traces de semelles,
Tu me verras meilleur, et impatient un peu !
Je t’attendrai plus loin que le pouvoir des mots
Plus loin que loin, c’est sûr, et ma bouche susurre
Le poème sans fin qui ne craint pas l’usure,
Je t’attendrai plus loin, je t’attendrai plus haut !

Pascal Lecordier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *