Septembre 2012 : Une pluie de valeurs humaines !

Nous venons de traverser une période estivale particulièrement vivifiante, évidemment pas liée au temps très souvent pluvieux en Ile-de-France, mais grâce aux jeux olympiques et paralympiques qui sont toujours l’occasion de mettre en évidence des qualités humaines que l’on a grand plaisir à observer, surtout lorsqu’elles habitent les athlètes français : concentration, persévérance, dextérité, technicité, combativité mais également fair-play, maîtrise de soi, endurance, esprit d’équipe, ténacité, dépassement de soi, simplicité et modestie.

Seraient-ce des valeurs réservées uniquement aux athlètes de haut niveau ? Sûrement pas, car imaginer le nombre de sportifs en France et dans le monde entier qui, quel que soit leur niveau, quel que soit leur sport, participent à porter haut ces valeurs. Si l’on ajoute les entraîneurs, souvent bénévoles, les activités artistiques et culturelles où enfants, jeunes et adultes, veulent atteindre l’excellence pour leur épanouissement personnel, mais également pour le plus grand plaisir de leur entourage et de leur public, nous pouvons imaginer sans peine la multitude d’êtres humains détenteurs et ambassadeurs de ces valeurs.

Je ne voudrais pas vous décourager mais la frustration est probable, car après ces jeux les médias seront tentés de retomber dans le train-train quotidien des faits divers, des mauvaises nouvelles mettant plutôt en évidence les travers de notre société.

A l’exemple de plus en plus de personnes de mon entourage, je vous suggère la mise en œuvre d’un plan pour rester au contact de ces valeurs. Il ne s’agit pas de fuir les mauvaises nouvelles mais de se nourrir des belles choses de la vie, des qualités humaines au travers du sport, des arts, de la culture, de la littérature, …. Modestement nous souhaitons contribuer, par la diffusion de notre mensuel, à vous fournir des informations sur les nombreuses activités de notre secteur.

De plus, pour en faire « Echos », nous nous efforcerons de mettre en application cette définition du journaliste, écrite par Michel Cool (1) dans son dernier livre « Conversion au silence »(2) aux éditions Salvator : «Un journaliste, je le crois et j’essaye de m’y appliquer, peut et doit être un acteur de relation. C’est pourquoi, il lui faut sans relâche réfléchir au poids des mots qu’il emploie pour exercer sa lourde mission d’informateur : ses mots, ses paroles portent-ils l’honnêteté, la sincérité, le respect ? Car malgré leur pauvreté et leur maladresse, ses mots et ses paroles peuvent utilement aider leurs destinataires à échapper de l’ignorance, à acquérir du discernement, à se forger leur propre opinion et peut-être aussi à rallumer leur espérance qui se consumait sous un boisseau ».

Galvanisés par ces valeurs humaines, en tant qu’acteurs ou spectateurs, je vous souhaite une bonne rentrée.

  1. Michel Cool : Rédacteur en chef de La Vie et chroniqueur littéraire du Jour du Seigneur sur France 2

  2. Voir article page 9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *