Existence de Dieu : Questions et réponses

Le dernier numéro de l’année 2011 du magazine « le Point », numéro double, consacrait une soixantaine de pages à une série de vingt-quatre articles sur la relation à Dieu, dans notre société. Ouvert par deux articles très incisifs, le premier intitulé « Dieu, mort ou vif » du rédacteur en chef Franz-Olivier Giesbert et le deuxième intitulé « On n’en finit jamais avec Dieu » de l’académicien Jean d’Ormesson, ces pages reflètent les questions et les réponses qui intéressent beaucoup de nos contemporains en ce qui concerne Dieu et la relation qu’on peut établir avec Lui.

Dieu est-il redevenu « tendance » ? Selon le magazine : « une lueur céleste baigne les plateaux de cinéma et de télévision. Les films sur Dieu, la foi et les saints s’accumulent ». C’est d’ailleurs le témoignage de foi de personnages connus : acteurs, écrivains, artistes, qui est proposé en premier lieu. On croise ainsi Michaël Lonsdale ( le frère Luc, moine et médecin dans le film « Des hommes et des dieux »), Eric-Emmanuel Schmitt , écrivain et dramaturge , Thierry Bizot, producteur de cinéma, Claire Gibault, chef d’orchestre, Gérard Garouste, peintre, Frigide Barjot, humoriste … et bien d’autres. Tous ont rencontré Dieu à un moment ou l’autre de leur existence et disent ne plus pouvoir se passer de Sa présence et de Son soutien.

Parmi les témoignages on peut retenir, par exemple, celui du rappeur Abd Al Malik, converti à l’islam soufiste, qui dit : « Dieu est pour moi une évidence… Dieu est tout, il est à la fois le sens des choses et l’embarras des intelligences… Apprendre à Le connaître, c’est finalement apprendre à se connaître soi ». Des propos que pourraient conforter des savants, tel l’astrophysicien Trinh Xuan Thuan, pour qui la vie et la conscience n’ont pas émergé par hasard … mais sous l’effet d’un principe créateur, omniprésent dans l’univers.

Ces articles présentent des points de vue contrastés sur la question de notre rapport à Dieu. Ainsi, Jean-Didier Vincent, neurobiologiste, affirme-t-il « c’est grâce à la biologie que je suis devenu athée … derrière le terme Dieu, je ne vois rien ». Des propos que pourrait reprendre Michel Onfray, philosophe matérialiste et athée, très médiatisé actuellement. L’athéisme semble gagner du terrain, mais n’est-ce pas plutôt une vision puérile du divin qui en perd ?

Car il y a toujours cette question cruciale : notre mental est-il à la mesure de Dieu ? Sans doute avons-nous besoin d’images familières pour mieux saisir qui est Dieu. « Le Point » nous rappelle qu’Il a d’abord pris des formes féminines, dans l’Antiquité, pour mieux marquer son rôle nourricier. Il est ensuite devenu le dieu mâle lorsque, à la création des premières cités, le défenseur (le guerrier) a pris le pas sur le producteur (le cultivateur ou l’éleveur).

Mais au XXIe siècle et selon une longue tradition qui prévaut dans toutes les religions, une excellente manière de rencontrer Dieu est de faire silence en soi et d’écouter les murmures du monde intérieur. C’est bien le témoignage que donnent, dans cette série d’articles, les mystiques qui ont fait de cette rencontre avec Dieu le centre de leur vie. Sans doute, sont-ils moins nombreux aujourd’hui dans les monastères ou les structures ecclésiales que par le passé. Mais l’expérience de Dieu, qu’elle soit plus orientée vers l’émotion ou plus vers l’illumination, suivant les tempéraments, reste une attente forte de beaucoup de nos contemporains. On peut aussi rencontrer Dieu dans le service des autres comme en témoigne Gérard Bénéteau, prêtre engagé dans l’aide aux plus démunis.

Ce n’est pas le moindre mérite de cette remarquable série d’articles du « Point » d’en avoir fait ressortir l’actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *