La place de l’Etoile !

La place de l’Etoile de Paris, rebaptisée place Charles-de-Gaulle le 13 novembre 1970, soit quatre jours après le décès du général, est limitrophe des VIIIe, XVIe et XVIIe arrondissements.

La création

Jusqu’au XVIIIe siècle, l’endroit situé au sommet de la montagne du Roule, n’était qu’un simple carrefour de chasse. Un premier début d’aménagement aura lieu vers 1770, lorsque seront entrepris les travaux de la place de la Concorde : la butte sera alors adoucie puis terrassée. A compter de 1787, elle sera traversée par le mur des Fermiers Généraux. Une barrière d’octroi est alors installée au débouché des futurs Champs-Elysées avant d’être démolie vers 1860 lorsque Paris annexera ses villages connexes. Plusieurs projets furent proposés pour aménager l’endroit. Devenu empereur, Napoléon 1er décida de renouer avec la tradition romaine et fit construire son propre arc de triomphe à sa gloire et à celle de son armée après la victoire d’Austerlitz. La première pierre fut posée le 15 août 1806 mais l’œuvre restera inachevée à la chute du Premier Empire. Décédé en 1821 à Sainte Hélène, Napoléon ne verra jamais son arc de triomphe achevé.

Vers 1830, sous l’impulsion d’Adolphe Thiers, politicien et ,futur président de la République en 1871, Louis-Philippe 1er qui avait combattu dans les armées révolutionnaires, décide avec fierté, contrairement à ses prédécesseurs, de reprendre le projet à la gloire de Napoléon.

La métamorphose

Au début du second Empire, la place était encore en dehors de l’enceinte de Paris. A cette époque, c’était une ville médiévale aux ruelles étroites, insalubres, louches et mal famées. Afin de rivaliser avec Londres, capitale pourvue de grands parcs et réseaux d’assainissements, l’empereur Napoléon III chargea le baron Haussmann (1809-1891), préfet de la Seine, de moderniser la ville. Douze grands boulevards et larges avenues furent percés, donnant ainsi à l’ensemble l’allure d’une étoile.

Si les pavés pouvaient parler…

Outre les célébrations annuelles des 8 mai, 14 juillet et 11 novembre, la place de l’Etoile et l’Arc de Triomphe ont été les témoins des plus grands évènements de l’histoire comme :

  • le retour des cendres de Napoléon 1er le 15 décembre 1840, respectant ainsi le souhait de l’empereur de « reposer auprès de ce peuple français que j’ai tant aimé »,

  • l’exposition durant toute une nuit du cercueil de Victor Hugo sous l’Arc de Triomphe en 1885,

  • le premier défilé de la victoire des troupes alliées le 14 juillet 1919,

  • le 7 août 1919, transgressant la loi, le passage sous la voute de l’Arc large de 14 m, du biplan « Nieuport 11 » d’une envergure de 7,52 m piloté par Charles Godefroy,

  • l’inhumation du soldat inconnu le 11 novembre 1920,

  • le défilé de la victoire au lendemain de la libération de Paris le 26 août 1944,

  • la grande manifestation de soutien au gouvernement le 30 mai dans le cadre des évènements de mai 68.

    Et plus proche de nous, la marée humaine de la Coupe du Monde de football 1998…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *