L’adoration

Les 16 et 17 octobre le père Denis Mertz, missionnaire de la Sainte Eucharistie, nous expliquait l’adoration et les raisons de la pratiquer. Suite aux réformes liturgiques post Vatican II, elle avait été peu à peu abandonnée ; on a découvert que ce fut le fruit d’une erreur d’interprétation des textes conciliaires.

L’adoration est une rencontre active

Le Christ, Homme Dieu, se rend tout entier présent lors de l’Eucharistie. Saint Thomas d’Aquin affirme que c’est le plus grand des miracles. Cette présence nous échappe et nous attire en même temps : il faut l’accueillir comme le plus grand cadeau fait par Dieu au monde. Dieu se donne entièrement, s’engage totalement pour l’Homme.

« Nous sommes invités à aller humblement, silencieusement, en présence de Jésus qui nous sanctifie » (sainte Thérèse de Lisieux). Adorer, c’est se tenir en présence de Jésus et se laisser aimer. Et méditer sa parole durant l’adoration est un cadeau inestimable.

Qui consiste en …

Un acte de foi rendu à Jésus-Christ, devant lequel nous nous prosternons. L’adoration est partie intrinsèque de la liturgie eucharistique. Cela nous coûte parfois, souvent : cela montre ce que nous sommes capables de donner pour venir à Lui. Entrer dans ce mouvement d’adoration, c’est entrer dans le mouvement d’amour entre le Père et le Fils. On entre dans la prière de Jésus qui, en même temps, nous donne l’Esprit.

Ce lien d’amour nous introduit à la miséricorde de Jésus : lorsqu’on adore, on est poussé à la confession, car Dieu s’intéresse à nous et nous réserve une joie libérée de tout péché.

Jésus guérit notre âme, mais aussi notre corps ; nous avons tous des blessures que Jésus peut guérir si on le lui demande. Ce n’est pas de la magie, mais de la foi.

Dont les effets pourraient être …

L’Eucharistie est une grâce de transformation : la chapelle d’adoration est le lieu du recueil de la grâce.

Grâce à l’adoration on empêche beaucoup de malheurs, car nous avons la foi que notre adoration contribue à guérir le monde du mal qui le blesse. Nous participons à la victoire contre le péché : c’est un enjeu majeur qu’il faut relever avec beaucoup d’amour.

Notre démarche d’adoration est ecclésiale : l’adoration, comme la prière, nous rend solidaires de nos frères en humanité. Nous en recueillons les bienfaits au profit du monde. C’est donc une œuvre de charité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.