Les bonnes couleurs

La syntaxe française, déjà passablement capricieuse et compliquée, atteint un sommet de complexité lorsqu’il s’agit d’accorder les adjectifs de couleur…

Des tables rouges… mais des carreaux vert jaune. Des maisons bleues… mais des maisons bleu ciel. Des lunettes vertes… mais des yeux noisette. Quel casse-tête !

La règle de base veut que les adjectifs de couleur (rouge, bleu, vert…) utilisés seuls s’accordent en genre et en nombre avec le nom qu’ils qualifient. Par exemple : des robes vertes, des citrons jaunes, des bateaux bleus… En face de cette règle générale, se dresse le mur des exceptions qui rendent l’adjectif de couleur invariable. Quelles sont-elles ?

Invariables… en théorie

Les adjectifs de couleur sont invariables lorsqu’ils sont réunis par deux pour qualifier un seul substantif. Par exemple : des pantalons bleu-noir, une chemise rouge-brun. (À noter que l’adjectif formé de deux adjectifs de couleur prend un trait d’union).

Les adjectifs de couleur sont invariables quand ils sont suivis par un autre adjectif qui les modifie et ils s’écrivent alors, dans la très grande majorité des cas, sans trait d’union. Par exemple : des feuilles jaune doré, une mare bleu verdâtre…

Les adjectifs de couleur qui, à l’origine, sont des noms communs (généralement des noms de fruits, de fleurs ou de pierres précieuses) ne s’accordent pas. Par exemple : des cheveux paille, des yeux noisette, des cheveux marron, des jupes orange, des chaussettes turquoise, des voitures framboise, des boucles indigo, etc. Pourquoi ? Parce que, à l’origine, on les faisait précéder de « de couleur ». Ainsi, on disait : des cheveux « de couleur » paille et il était donc normal que l’accord ne se fasse pas. La règle en est restée. Mais il y a – bien sûr – des exceptions à cette règle ! : les adjectifs « incarnat », « écarlate », « fauve », « pourpre » « mauve » et « rosé » s’accordent… La raison avancée par les spécialistes est qu’ils sont aujourd’hui assimilés à de véritables adjectifs. Il faut également signaler que l’adjectif châtain bénéficie d’un régime particulier et peu clair : s’il se rapporte à un nom ou un pronom masculin, il varie en nombre (c’est-à-dire qu’il prend la marque du pluriel). Mais avec un nom ou un pronom féminin, il peut (mais il s’agit alors d’un usage rare) prendre la forme féminine (châtaine)… mais généralement seulement au singulier ! Non seulement ces règles sur l’accord des adjectifs de couleur sont compliquées, mais les grammairiens ne sont pas tous unanimes quant à leurs modalités d’accord et à l’emploi du trait d’union. Résultat, même chez des auteurs soucieux de respecter notre langue française, on trouve des « marron » qui s’accordent et des « bleu-noir » sans trait d’union. Après ?

À vous de jouer ! (corrigez les mots en majuscules)

La citrouille et les cheveux de la sorcière sont ORANGE (1). Les poils ROSE(2) de son balai font rire les enfants vêtus de tabliers JAUNE CITRON(3) et de chandails ROUGE-SANG(4). Dans la traînée BLANC(5) d’une étoile, ils font un vœu : que la Terre se couvre de bonbons POURPRE, FRAMBOISE, CARMIN et JAUNE(6).

Réponse :

1) orange,

2) roses,

3) jaune citron,

4) rouge-sang,

5) blanche,

6) pourpres, framboise, carmin et jaunes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *